accueilbatraciensreptilespages du naturalistela photo du moisalbum photolivre d'orme contacter

Généralités et classification des reptiles.

classification:

Le tableau suivant, assez complexe, permet de situer les différents ordres et familles de reptiles vivants dans le monde. J'espère ne pas avoir fait d'erreurs, vous seriez gentils de me les signaler si c'était le cas. Les (?) signifient mon incertitude quant au rattachement de l'espèce mentionnée; il existe quatre ordres, quarante huit familles, environ 905 genres et 6475 espèces...pfffffrrr!

ordres sous-ordres familles exemples d'espèces
Chelonia ou Testudinata Pleurodira et Cyptodira Chelidae (Pleurodira) Chelonida expansa

Chelys fimbriatus
Pelomedusidae (Pleurodira) Pelomedusa subrufa

Podocnemis expansa
Carettochelyidae Carettochelys insculpta
Cheloniidae Caretta caretta

Chelonia mydas
Chelydridae Chelydra serpentina
Dermatemydidae Dermatemys mawei
Dermochelidae Dermochelys coriacea
Emydidae Emys orbicularis

Pseudemys scripta

Terrapene carolina

Clemmys guttata
Kinosternidae Kinosternon flavescens
Staurotypidae Staurotypus salvinii
Platysternidae Platysternon megacephalum
Testudinidae Testudo sp. Geochelone sp. Gopherus sp. Homopus sp. Pyxis sp.
Trionychidae Trionyx nigricans
Squamata Amphisbaenia Bipedidae Bipes biporus
Trogonophidae Trogonophis wiegmanni
Rhineuridae Rhineura floridana
Amphisbenidae Blanus cinereus
Lacertilla Agamidae Calotes versicolor, Pogona vitticeps, Uromastyx aegyptus, Moloch horridus, Phrynocephalus sp.
Chameleontidae Chameleo sp. Brookesia sp. Furcifer sp.
Iguanidae Cyclura sp. Anolis sp. Iguana sp. Phrynosoma sp.
Gekkonidae Eublepharis sp. Phelsuma sp. Palamatogekko sp. Coleonyx sp. Phyllodactylus sp. Diplodactylus sp. etc.
Pygopodidae Lialis sp. Pygopus nigriceps
Teiidae Tupinambis teguixin, Cnemidophorus lemniscatus
Lacertidae Lacerta sp, Acanthodactylus sp, Podarcis sp. etc.
Xantusidae Xantusia sp, Cricosaura sp.
Scincidae Tiliqua sp, Mabuya sp, Eumeces sp, Corucia sp.
Cordylidae Cordylus giganteus, Platysaurus sp, Chamaesaura sp.
Dibamidae Dibamus sp, Anelytropsis sp.
Xenosauridae Shinisaurus crocodilurus, Xenosaurus sp.
Anguidae Anguis sp, Ophisaurus sp, Elgaria sp.
Helodermatidae Heloderma horridum, Heloderma suspectum
Lanthanotidae Lanthanotus borneensis
Varanidae Varanus sp.
Ophidia Phytonidae Morelia sp, Python sp, Chondropython sp, Morelia sp.
Aniliidae Anilius scytale
Tropidophiidae Bolyera sp, Casarea sp
Boidae Eryx sp, Corallus sp, Eunectes sp, Boa sp, Sanzinia sp, Epicrates sp.
Uropeltidae Uropeltis ceylanicus
Leptotyphlopidae Leptotyphlops nasirostris
Anomalepidae Anomalepis sp, Helminthophis sp,  Liotyphlops sp
Typhlopidae  Typhlops sp, Rhinotyphlops schlegeli
Colubridae Elaphe sp, Coluber sp, Natrix sp, Lampropeltis sp, Thamnophis sp, Dasypeltis sp
Elapidae Naja sp, Micrurus sp, Oxyuranus sp, Bungarus sp, Ophiophagus hannah, Dendroaspis sp, Laticauda sp, Notechis sp
Viperidae Vipera sp, Crotalus sp, Bitis sp, Echis sp, Cerastes sp, Bothryophis sp, Trimeresurus sp
Rhynchocéphales pas de sous-ordre Sphenodontidae Sphenodon punctatus
Crocodylia ? Alligatoridae

Alligator mississippiensis

Melanosochus niger

Crocodylidae

Crocodylus porosus

Osteolamus tetraspis

Gavialidae

Gavialus gangeticus


généralités:

Tous les reptiles ont conservé certains traits primitifs: par exemple, le condyle occipital situé à l'arrière du crâne et assurant  l'articulation avec la première vertèbre, reste simple alors que chez les amphibiens et les mammifères, il est double.

Chez les reptiles, la peau, peut être hérissée de façon à former des tubercules comme chez certains agames, ou des épines servant de moyen de défense comme sur la queue de certains agamidés comme les Uromastyx ou les Moloch. Elle peut également former sur le cou, le dos ou la queue, des crêtes souvent plus développées chez le mâle et servant à la reconnaissance sexuelle. Chez les Crotalidae ou serpents à sonnette, l'extrémité de la queue est constituée de segments d'épiderme encastrés; un nouveau segment apparaît à chaque mue. Chez la plupart des serpents, les écailles ventrales sont agrandies, formant une série de grandes plaques se chevauchant qui participent à la locomotion, en particulier chez des serpents comme les boidés ou les grandes espèces de vipéridés (Bitis gabonica) capables de se mouvoir en restant pratiquement droits. Les fines soies dont sont pourvues les geckos et qui leur permettent d'escalader des parois lisses sont aussi des écailles modifiées.

Le coeur des reptiles a la particularité que les deux ventricules ne sont pas complètement séparés. Chez les crocodiliens, la séparation existe; toutefois, même dans un ventricule non divisé, le mélange de sang artériel et veineux est minime.

Les oeufs de reptiles, en particulier ceux à coquille souple, absorbent plus facilement l'eau comparé aux oeufs d'oiseaux. Le chorion, partiellement fendu, et la membrane allantoïde, qui forment le revêtement intérieur de la coquille, sont tapissés de vaisseaux sanguins permettant à l'embryon de respirer à travers les pores de la coquille.

La membrane allantoïde sert également au filtrage des déchets évacués par l'embryon. L'amnios est une poche remplie de liquide qui enveloppe l'embryon, évitant la déshydratation. Riche en graisses et en protéines, la membrane vitelline fournit à l'embryon les nutriments nécessaires à sa survie.

Comme les amphibiens, les reptiles muent tout au long de leur existence; l’ancienne peau peut partir en lambeaux comme la plupart des lézards ou être absorbée quasiment d’une pièce (geckos): l’animal déchire son exuvie au niveau de la queue et ramène le tout, parfois en plusieurs fragments, à l’aide de ses mandibules. Les serpents s’extirpent de leur vieille peau en frottant le museau contre une surface rugueuse, puis s’en débarrasse comme on sortirait une main d’un gant en latex; elle n’est pas « recyclée ». Chez les tortues et les crocodiles, il n’y a pas de mue véritable, mais un agrandissement des écailles. Les mues sont plus fréquentes chez le jeune que chez l’adulte.

La chaleur a pour effet d’accélérer le développement embryonnaire; chez les reptiles, la détermination du sexe dépendra de la température régnant durant une période critique de l’incubation: chez l’alligator d’Amérique (A. mississippiensis), une température inférieure à 30° entre le 7e et le 21e jour donnera invariablement des individus femelles; si la température excède les 34°, ce sera une éclosion de mâles uniquement. Entre ces deux pôles, la couvée sera composée de mâles et de femelles dans des proportions variables. Les comportements protecteurs parentaux sont particulièrement développés chez certains serpents (Phytonidae et Elapidae) ainsi que chez les crocodiliens.


crâne de reptile coeur de reptile
Détails d'un crâne de vipéridé et d'un lézard.

Structure du coeur d'un lézard et d'un crocodilien.

oeuf de reptile peau de reptile
Détail d'un oeuf de tortue.

Coupe transversale de la peau d'un orvet.

hemipenis d'un reptile
L'appareil uro-génital d'un lézard mâle: seul un des hémipénis sera utilisé lors de l'accouplement.

référence bibliographique:

puce les amphibiens et les reptiles, aux éditions Equinox, 1986, France Loisirs 1986.

haut de page