Article sur le trafic des vipères en Suisse

les serpents venimeux, non venimeux, d'Europe et d'ailleurs.
Avatar du membre
aspisatra
nouveau membre
nouveau membre
Messages : 58
Enregistré le : 20 déc. 2009 13:29
Localisation : Ticino
Contact :

Message par aspisatra » 01 févr. 2013 12:46

Bien dit!
il ne faut absolument pas indiquer les endroits des observations de serpents, ni sur le photos et encore moins sur les forums!

C'est clair que le gros du problème es la destruction de l'habitat.

Avatar du membre
Bam
nouveau membre
nouveau membre
Messages : 87
Enregistré le : 30 juin 2006 14:39
Localisation : Belgique

Message par Bam » 01 févr. 2013 12:52

Bonjour Misanthrope,

je ne suis pas d'accord avec toi. Pour fréquenter les bourses chaque année depuis fort longtemps, on peut clairement définir des tendances... Pour ce qui est des venimeux, on trouve bon nombre d'espèces dites "tropicales" avec malheureusement encore pas mal d'importations. Mais les venimeux européens sont en nette régression depuis de nombreuses années. Il y a 10 ou 15 ans, tu trouvais en quantité des aspis, des berus, des ursinii/renardi,etc... Il est toujours possible de s'en procurer sur ces bourses mais c'est l'oeuvre d'éleveurs passionnés hollandais ou allemands qui ont pignon sur rue. C'est derniers mettent justement un point d'honneur (de manière générale) à ne pas "croiser" des animaux d'origines différentes. Alors bien évidemment on pourra me dire qu'il y a bien eu à un moment ou un autre prélèvement pour établir une souche en captivité mais c'est alors tout le principe de la terrariophilie à remettre en cause et c'est un autre débat, bien plus long celui là...
Pour ce qui est des non-venimeux, la tendance est aux différentes formes/phases développées artificiellement et cela est pour moi une "bonne" chose. Cette terrariophilie que j'appelle personnellement terrariophilie tuning a le mérite d'attirer l'oeil des amateurs lambda. C'est derniers flashent sur un Pogona orange, une Elaphe ( pardon Pantherophis) guttata bleue ou que sais-je.Deux avantages, c'est animaux sont relativement faciles à détenir et cette tendance a pour moi eu le mérite d'éviter que ces personnes soit attirées par des animaux d'import aux couleurs flamboyantes mais extrêmement difficile à détenir. Un exemple, il y a 15 ans de ça, des gens n'y connaissant rien pouvaient acheter des Elaphe mandarina d'import qui allaient creuver deux semaines plus tard chez eux. Maintentant ils peuvent acheter du python royal acclimaté depuis 10 générations en captivité de toutes les couleurs à des prix prohibitifs soit dit en passant. Le retour de la médaille est que je mets quiconque au défi de trouver une souche "pure" d'Elaphe guttata, d'Eublepharis macularius ou de boa constrictor comme tu l'écris mais c'est plus une affaire de gens très spécialisés. Au fait sur quel critère te bases-tu pour dire que l'élevage est en pleine expansion à l'étranger?
Bien sûr il y a et il y aura toujours des brebis galeuses mais comme tu le signales si bien, l'envahissement par la végétation des sites et la destruction de ces derniers sont des problèmes bien plus importants. Cela dit tu as tout à fait raison de garder pour toi ou un cercle très fermé, la localisation exacte de tes observations
Enfin par mes réactions, je ne tiens pas du tout à défendre bec et ongles la terrariophilie mais il faut tordre le coup à la rumeur qui veut que les terrariophiles sont des pilleurs ou pire des traficants. Attention, et j'insiste, je parle ici des animaux européens. Pour ce qui est des animaux d'origines plus lointaines (je pense notamment à l'Afrique du nord,l'Asie sans oublier Madagascar!), il reste énormément de travail à accomplir. Et je sais de quoi je parle... :wink:

Avatar du membre
Juventino
membre hyperactif mûr pour l'asile
membre hyperactif mûr pour l'asile
Messages : 1053
Enregistré le : 07 juil. 2008 17:02
Localisation : Nice
Contact :

Message par Juventino » 03 févr. 2013 19:16

Il me semble qu'à l'heure actuelle, avec toutes les menaces qui pèsent tant sur les habitats que sur les espèces, les terrariophiles pourraient être des sortes de conservateurs d'espèces ou sous espèces en vue de repeupler des zones sinistrées..
Traffic, tout ça...à part dire que je trouve ça dégueulasse, ça ne fera rien avancer..
Bonne soirée!!
A la rencontre des plantes, des petits animaux, des biotopes alpins et méditerranéens, mais aussi d'ailleurs...

Répondre