accueilbatraciensreptilespages du naturalistela photo du moisalbum photoforumme contacter

Faune du Kenya: Le sud de Mombasa, les parcs nationaux de Tsavo est et ouest


Pour notre voyage de noces, nous avons choisi le farniente balnéaire et un peu de safari, du 4 au 18 mars 2010. Kenza ne connaissant pas du tout l'Afrique, je pensais que c'était une bonne approche que de conjuguer les deux. Nous avons donc choisi un hôtel proche de Mombasa, ville côtière reliée directement par Swiss ou Edelweiss air depuis Zürich, ce qui évite un interminable voyage. Dès notre sortie de l'avion et aussi de l'hiver, nous avons été embaumé par la moiteur ambiante due à la proximité de la mer. Ici le climat est assez stable au niveau des températures (30-32°en journée, 28° la nuit) et les alizés sont toujours présents, diminuant cette sensation de moiteur lorsqu'on est au bord de mer. Quelques éléments climatiques sur le Kenya. Notre hôtel, le Leopard Beach resort & Spa fut une agréable découverte, par sa faune abondante et la gentillesse de son personnel. Seuls points noir, le buffet répétitif et peu goûteux et une climatisation défectueuse durant 3 nuits. Nous avons toutefois pu bénéficier d'un upgrade de chambre et avoir une suite supérieure pour nos trois dernières nuits. Depuis la Suisse, nous avions réservé un safari individuel auprès de wildlife-kenya.org. Anthony le directeur et Sammy notre chauffeur ont été d'une précision et d'une efficacité à toute épreuve. Voici la liste des animaux rencontrés dans l'hôtel, situé directement en bord de plage dans un parc tropical magnifique mais malheureusement abondamment traité aux insecticides ce qui peut s'avérer dangereux pour la faune présente tel le hérisson à ventre blanc, Atelerix albiventris dont j'ai pu observer un exemplaire agonisant... Certes nous n'avons pas été harcelés par les moustiques mais la moindre des précautions est de prendre un antipaludéen et un bon antimoustique.

Pour les mammifères: le galago, Otolemur garnettii le singe bleu, Cercopithecus mitis albogularis le cercopithèque ou singe vervet, Cercopithecus aethiops le babouin, Papio anubis le colobe noir et blanc, Colobus angolensis palliatus dont cette partie de la côte kenyane en est un sanctuaire. Différentes chauves-souris non identifiées, des dik-diks Madoqua kirkii et le hérisson à ventre blanc, Atelerix albiventris.

Pour les oiseaux: des ibis hagedash Bostrychia hagedash, des calaos, Bycanistes sp, des hérons mélanocéphales, Ardea melanocephala, divers passereaux, souimangas et guêpiers, une petite colonie de tisserins, Ploceus sp., le bulbul des jardins, Pycnonotus barbatus etc.

Pour les batraciens et reptiles: l'agame commun mais néanmoins le plus beau, Agama agama, le chaméléon à cape, Chamaeleo dilepis, différents scinques, des varans du Nil, Varanus niloticus parfois de plus d'un mètre cinquante (ils sont très farouches et discrets, à observer vers 6h30), des geckos diurnes, Lygodactylus mombasicus et Lygodactylus picturatus, des geckos nocturnes (environ 4-5 par lampe !!!) du genre Hemidactylus mabuya, des colubridés, des bufonidés, Bufo regularis dont le chant est assez puissant [source: amphibia web] et Bufo (Amietophrynus) steindachneri dont le chant est très ressemblant au Bufo maculatus (source Amphibia web) et, pour finir, un Gerrhosaurus major.

Pour les insectes: de nombreux papillionidae, des mantes religieuses, termites, des Nephila sp, grandes araignées inoffensives tissant leur toile presque à la cîme des arbres, arbustes ou buissons, d'énormes myriapodes, Archispirostreptus gigas, des bernards l'hermite etc.

Place aux images en commençant par la faune rencontrée dans cet hôtel !
k00.jpg k1.jpg k130.jpg k131.jpg
Kenza avec un jeune galago récupéré après la mort de sa mère.

Le galago ou bush baby, animal courant dans notre hôtel, Otolemur garnettii.

Magnifique vue depuis notre chambre sur l'océan indien.

Le jardin, tout en plantes et en fleurs, très bien soigné par un personnel d'une gentillesse inégalée.

k97.jpg k133.jpg k115.jpg k73.jpg
Ce babouin mâle impressionnant en taille fréquente parfois le parc de l'hôtel

Un signe bleu qui, malgré la présence humaine importante, reste toujours sur ses gardes...

...avant de passer d'arbre en arbre lestement et rapidement.

Un jeune cercopithèque ou singe vervet. Cette espèce de singe est plus familière

k3.jpg k116.jpg k65.jpg k70.jpg
Les colobes noirs et blancs, Colobus angolensis palliatus.



Se nourrissent de fleurs de flamboyant et de feuille diverses. Ils peuvent souffrir d'empoissonnement si ils ingèrent trop de pesticides vaporisés sur les feuilles des plantes dont il se nourrissent

Les singes bleus ont l'habitude de rentrer dans les chambres mal fermées pour marauder des fruits et autres gourmandises. Si il sent toutefois la présence mâle d'un homme il ne rentrera pas.

Lygodactylus mombasicus, un gecko diurne, se montre peu commun et surtout très discret.



k19.jpg k142.jpg k37.jpg k69.jpg
On peut l'observer en haut des cocotiers qui ornent la plage.

Le Lygodactylus picturatus mâle arbore des couleurs vives.

Je n'ai pu en observer que deux.


Un jeune scincidé.


k72.jpg k71.jpg k17.jpg k18.jpg
Les geckos Hemydactylus mabuya sont légion.

On peut en trouver jusqu'à 5 autour d'une lampe.

Le caméléon à cape, Chamaeleo dilepis,

reste très difficile à observer.

k15.jpg k44.jpg k32.jpg k151.jpg
Nymphale du Pourpier, Hypolimnas misippus.

Le petit monarque, Danaus chrysippus.

Junonia oenone, "Dark Blue Pansy", nymphalidae.

Papilio constantinus, un porte queue.

k98.jpg k99.jpg k20.jpg k21.jpg
Un très grand iule, Archispirostreptus gigas.


La taille qu'il a dans ma main...


Bufo (Amietophrynus) steindachneri, qui met une sacrée ambiance nocturne.

Son collègue Bufo regularis n'est pas en reste mais en plus grave.

k22.jpg k140.jpg k24.jpg k25.jpg
Le crapaud panthère, Bufo regularis.

Agama agama ou agame des colons: le mâle est à mon avis un des lézards les plus spectaculaires de la planète.

k26.jpg k28.jpg k68.jpg k138.jpg
Une telle beauté, un tel mélange de couleur ne peut qu'être montré à plusieurs reprises sans que je m'en lasse... et vous ?

k27.jpg k23.jpg k39.jpg k45.jpg
Sa femelle, ici gravide, est beaucoup plus terne.


Varanus niloticus, le plus gros lézard africain, mesure ici 1 m 50. Il peut être observé tôt le matin se baignant dans les nombreuses mares de l'hôtel ou prenant un bain de soleil près du restaurant. Il reste très farouche. J'ai pu surprendre un jeune prenant un bain de soleil au bord de l'eau.

k41.jpg k67.jpg k43.jpg k139.jpg
Nephila sp, grandes araignées inoffensives tissant le toile en hauteur.

Un lézard non déterminé, de la famille des Mabuya certainement.

Le hérisson à ventre blanc, Atelerix albiventris, première victime des pesticides.

Le héron mélanocéphale, Ardea melanocephala, reste un oiseau difficile à approcher.

k61.jpg k62.jpg k63.jpg k42.jpg
Une colonie de tisserins, Ploceus sp, avait élu domicile au bord d'un des étangs, justement fréquenté par un gros varan...

Un bernard l'Hermite avec sa coquille...

k132.jpg k112.jpg k16.jpg k111.jpg
...et sans, après manipulation involontaire.

Les crabes sont nombreux sur les plages de Diani, il sont de taille modeste et gris clair. Ils fuyent de loin à notre approche.

k135.jpg k134.jpg k129.jpg k128.jpg
Wasini island est une petite île proche de la frontière tanzanienne, elle est réputée pour ses baobabs, ses spots de plongée et ses restaurants servant du crabe à discrétion. Compter 50€ par journée et par personne pour cette excursion. Nous avons pu voir des dauphins et une tortue verte en snorkling ainsi que des milliers de poissons coralliens. Come on peut le voir sur ces images, le coefficient de marée est assez marqué chaque 15 jours. L'île est par ailleurs très sèche et assez mal entretenue.

k127.jpg k113.jpg k114.jpg k96.jpg
Attention, l'océan peut être houleux, mais il reste beau et chaud; un aperçu de la pointe nord de l'île et deux dauphins en vadrouille.

Fin de safari avec nous pour Sammy...

Le 11 au petit matin, notre chauffeur Sammy nous attendait à 6h30 devant le hall de réception de l'hôtel. Nous devions repasser par Mombasa et prendre la route qui mène à la ville de Voi, porte des deux Tsavo. Le parc national de Tsavo Est est le plus grand du Kenya et totalise environ 21 000 km², mais il n'est pas forcément le plus peuplé en faune. De plus, nous sommes tombés en saison sèche certes, mais il avait abondamment plus les semaines précédentes et de ce fait la végétation avait énormément poussé, rendant l'observation animale très difficile. Ce parc national est divisé entre Tsavo-est (partie est et nord) et Tsavo-ouest (sud-ouest). L'observation des animaux est moins aisée qu'à Masai-Mara compte tenu de la grandeur du parc et de l'interdiction faite aux véhicules de sortir des pistes, ainsi que de la composition de la végétation. Le paysage de Tsavo-Est est une savane parfois boisée et arbustive. Des collines qui offrent refuge aux léopards entrecoupent cette immensité. Les terres rouges, car chargées en hydroxyde de fer colorent les paysages [source Wikipedia: La latérite (du latin later, brique) est une roche rouge ou brune, qui se forme par altération des roches sous les climats tropicaux. Le sens large désigne l'ensemble des matériaux, meubles ou indurés, riches en hydroxydes de fer ou d'aluminium, constituant des sols, des horizons superficiels, des horizons profonds de profil d'altération. On trouve des latérites surtout en domaine intertropical. Elles recouvrent 33 % des continents], les rivières et même les animaux qui se recouvrent de poussière pour se protéger des parasites. Les fameux éléphants rouges du Tsavo le font toute l'année, il en est de même en Tanzanie au Tarangire.. Le parc est réputé pour ses grandes concentrations d’éléphants et nous en avons effectivement vu beaucoup.

Nous avons pu voir deux fois des lions: la première fois au Tsavo est, une petite troupe de lionnes (3) avec leurs jeunes, puis au Tsavo ouest un nombre indéterminé à cause de la hauteur des herbes; des buffles assez peu fréquents et des éléphants, des girafes masaïs et réticulées, plusieurs chacals, des bubales roux, quelques zèbres, des autruches, des gerenuks ou gazelles girafe, des dik diks, des grands koudous, des cobes defassa, des gazelles de Grant, des babouins et des cercopithèques, des tortues et des escargots géants, des agames, des mangoustes, des damans des rochers, des rolliers, des guêpiers, des calaos à bec rouge, des serpentaires (ou oiseaux secrétaires), des aigles et martin pécheur géant, le grand duc de Verreaux, de nombreux crapauds panthères (Bufo regularis), des varans de savane (Varanus exanthematicus), des geckos, des crocodiles du Nil peu nombreux, environ 6 hippopotames, une couleuvre du genre Psammophis, de nombreux papillons, de nombreux scinques, des scorpions, des bousiers géants. Kenza a été très admirative devant la majesté de l'éléphant et le côté, vif et ludique des mangoustes.

La construction de la voie ferrée et du pont sur la rivière Tsavo a été rendue tristement célèbre par les attaques de deux lions qui avaient pris l'habitude de manger de la chair humaine.
En 1898, au Kenya, l'ingénieur britannique John Henry Patterson était recruté par la Ugandan Railway Company pour abattre des « lions mangeurs d'hommes » qui terrorisaient son camp d'ouvriers dans la région du Tsavo. Selon ce dernier, deux d'entre eux avaient tué pas moins de 135 personnes - alors que la compagnie ferroviaire, elle, dénombrait 28 victimes. Patterson, dont la chasse fut victorieuse, objet d'une chronique minutieuse de neuf mois, a inspiré plusieurs films, a finalement vendu les peaux des deux fauves au musée Field de Chicago en 1924, après les avoir longtemps utilisées comme tapis. En analysant leurs poils et ce qui reste de leurs squelettes, des chercheurs californiens sont finalement parvenus à la conclusion que le nombre de victimes avancé par la compagnie de chemin de fer était le plus proche de la réalité. Leurs travaux, publiés dans le journal Proceedings of the National Academy of Sciences, ont déterminé, grâce à une analyse des isotopes, qu'un des lions avait mangé 11 humains et l'autre 24, soit 35 au total, pendant les neuf derniers mois où ils ont sévi. Nathaniel Dominy, professeur d'anthropologie à l'université de Santa Cruz, indique cependant qu'il était possible que jusqu'à 75 personnes aient été tuées par les fauves, qui n'avaient pas forcément consommé toutes leurs victimes. En tout état de cause, selon lui, le chiffre de 135 morts avancé par Patterson a été exagéré à dessein pour enjoliver sa réputation.

Tsavo ouest se distingue par ses paysages tantôt volcaniques montrant d'énormes coulées de lave de plusieurs centaines de mètres de long et vieilles seulement de 300 ans, par ses collines verdoyantes sur le flanc desquelles nous avons pu loger (Ngulia safari lodge, le bon, pas celui où on dispose de la viande pour attirer hyènes et léopards), par ses nombreux points d'eau dont Mzima springs (où il ne reste plus qu'un hippopotame et quelques petits crocodiles). Tsavo est n'est pas à la traine avec la rivière Galana et ses chutes Luggards fall's profondes d'environ 500 mètres.

Voici les meilleures images que j'ai pu réaliser.


Les mammifères:

k79.jpg k76.jpg k46.jpg k89.jpg
Une piste au Tsavo est, vert malgré la saison.


Un impala mâle,


Un des plus gros éléphants que nous ayons vu. Les vieux mâles reste souvent solitaires.

Traversant la piste...


k80.jpg k77.jpg k11.jpg k168.jpg
Une troupe de gazelles de Grant, Gazella granti.

Un petit koudou, Tragelaphus imberbis.

L'élégant Gerenuk, Litocranius walleri...

nommé aussi gazelle girafe. Ici un jeune.

k57.jpg k13.jpg k82.jpg k95.jpg
Le Grand kudu, Tragelaphus strepsiceros... en fuite, et moins craintif.

Un groupe de mangoustes rayées, Mungos mungo, et un guetteur solitaire.

k108.jpg k94.jpg k86.jpg k85.jpg
Deux bubales roux, Alcelaphus buselaphus.

Quelques girafes masaïs, Giraffa camelopardalis tippelskirchi, peu nombreuses au Tsavo.

k49.jpg k103.jpg k165.jpg k50.jpg
Un buffle solitaire.

Les dik-diks, Madoqua kirkii, sont toujours en couple ou en trio: à cette occasion, il s'agit du jeune.

Quelques zèbres, peu nombreux.

k12.jpg k110.jpg k106.jpg k10.jpg
Daman des rochers, Procavia capensis, nombreux à Lion Hill Lodge.

Une gazelle de Grant allaitant son petit.


Un bushbuck, Tragelaphus sylvaticus.


La seule occasion de voir une petite troupe de lionnes avec ses jeunes.

k175.jpg k120.jpg k121.jpg k180.jpg
Loxodonta africana, le plus puissant et le plus noble animal de la savane africaine.

k194.jpg k189.jpg k59.jpg k166.jpg
Mère babouin et son jeune, il se réfugie sous le ventre dès qu'elle se sent en danger ou pour courir.


Nous n'avons vu que deux troupes de zèbres, ainsi qu'un autre broutant au bord de la nationale séparant parcs.

Les chacals, Canis mesomelas, profitent parfois des restes des lions, mais ce matin là, il devaient chasser.

La girafe offre toujours un spectacle étonnant de par sa nonchalance.


k152.jpg k144.jpg k145.jpg k137.jpg
Phacochoerus africanus est le phacochère commun, mais nous en avons vu très peu.

Le Waterbuck, Kobus ellipsiprymnus, se déplace souvent en groupe de femelles et jeunes.

Femelles d'impalas, les mâles restent souvent à l'écart.

Crâne de buffle, Syncerus caffer, photo Kenza Hamedi-Vaucher.

k153.jpg     k164.jpg
Ce buffle a eu de la chance d'avoir échappé aux lions: on voit la blessure sur le dos et les marques de griffes sur le train arrière.

    Ce jeune éléphanteau a eu moins de chance, mais nous ne saurons pas de quoi il est mort.


Les batraciens et les reptiles:

k8.jpg k101.jpg k40.jpg k169.jpg
Cette rapide couleuvre sortait d'un buisson et poursuivait un lézard qu'elle a manqué: Psammophis biseriatis.

Crocodylus niloticus, exemplaire de 2m50 à Mzima springs.


Crocodiles du Nil juvéniles, 1m50, très farouches.



Jeune Crocodylus niloticus.



k123.jpg k33.jpg k54.jpg k35.jpg
Tomopterna cryptotis ou sand frog avalant un criquet.

Tomopterna cryptotis.


Phrynobatrachus sp.


petite rainette très bruyante, Afrixalus sp. dont voici le chant (nécessite Quicktime)

k36.jpg k184.jpg k34.jpg k5.jpg
Bufo garmani femelle, trouvée par Kenza dans la douche !

Bufo garmani


Agama agama, femelle juvénile.


Mabuya sp.


k7.jpg k38.jpg k6.jpg k48.jpg
scinque rayé, Mabuya quinquetaeniata, jeune et adulte.


Le magnifique Mabuya bayoni


Jeune tortue léopard, Geochelone pardalis, Tsavo est.

k199.jpg k84.jpg k198.jpg k91.jpg
Série de magnifiques mâles d'Agama agama et nouveaux nés.

k174.jpg k9.jpg k29.jpg k30.jpg
Bufo regularis, le crapaud commun africain, écoutez son chant.

Rare apparition: un varan de savanes, Varanus exanthematicus.

La vipère heurtante, Bitis arietans.


Psammophis sp.


Les oiseaux:

k78.jpg k14.jpg k58.jpg k52.jpg
Le Marabout d'Afrique (Leptoptilos crumeniferus) près des poubelles de Lion Hill Lodge.

Le calao à bec rouge, Tockus erythrorhynchus, Lion Hill Lodge.

L'outarde à ventre noir femelle.

L'outarde kori, Ardeotis kori, se rencontre un peu partout.

k75.jpg k161.jpg k56.jpg k104.jpg
L'outarde à ventre noir, Lissotis melanogaster pousse un appel puissant.

L'outarde kori est un oiseau de très grande taille.


Outarde à ventre noir ?


Pintade de Numidie, Numida meleagris, peu observée.

k53.jpg k107.jpg k100.jpg k4.jpg
Le secrétaire ou serpentaire, Sagittarius serpentarius, se déplace le plus souvent en couple.

Magnifique martin-pêcheur géant, Megaceryle maxima à Mzima springs.

k126.jpg k126bis.jpg Magnifique groupe d'autruches, Struthio camelus au Tsavo ouest.
<= Mâles, et groupe de femelles =>
k192.jpg


k2.jpg k150.jpg k109.jpg k170.jpg
Les rolliers d'Abyssinie, Coracias abyssinicus sont aussi nombreux que photogéniques !

Une pie-grièche, Lanius sp?


Un limicole, farouche et discret, Tsavo est.


Un spréo superbe, Lamprotornis superbus.


Les invertébrés:

que ce soit à Lion Hill Lodge ou encore à Ashnil Lodge, je n'ais jamais vu autant d'insectes rassemblés autour des éclairages nocturnes. Il y en avait tellement qu'ils rentraient même sous les habits. Cette impressionnante abondance faisait le bonheur culinaire des nombreux crapauds attendant au pieds de chaque réverbère que leur pitance viennent à eux. Voici en image (malheureusement je n'ai pas les noms d'espèce) la variété de ce que j'ai pu photographier en deux nuits.

k87.jpg k51.jpg k66.jpg k31.jpg
un longicorne

?

Papilio demodocus

Papilio constantinus

k118.jpg k147.jpg k148.jpg k154.jpg
Un truxale, Truxalis sp.

Orthoptère géant aptère (8cm), Lion hill lodge

Des charançons de belle taille à Lion Hill.

Une araignée loup.

k155.jpg k156.jpg k157.jpg k158.jpg
Tous les insectes ci-dessus et dessous ont été photographiés au même endroit de Tsavo est: autour de Lion Hill lodge et en une heure.
On peut remarquer de gauche à droite: blatte, phasme, mante religieuse, locuste, scarabée, grillon, fourmilion, mante religieuse, scorpion dévorant un grillon mort à l'insecticide, bousier (scarabée sacré, Scarabaeus sacer),et cet orthoptère géant impressionnant.

k159.jpg k160.jpg k172.jpg k173.jpg








k83.jpg k88.jpg k47.jpg k149.jpg








k64.jpg k105.jpg k92.jpg k90.jpg
Papilio demodocus

Papilio sp.

Papilio sp.

escargot géant, Achatina sp.

k195.jpg     k196.jpg
Un odonate bleu





Un odonate rouge

Les paysages:

k162.jpg k176.jpg k177.jpg k136.jpg
Depuis Mudanda granit rock, vue sur une troupe de babouins.

Un magnifique vert tendre au sud de Tsavo est, près de Buchuma gate.

Deux hippopotames hors du parc, faisant les timides sous l'eau de la Voi river.

Curieusement, certains baobabs étaient en feuille, d'autre pas.

k179.jpg k171.jpg k178.jpg k122.jpg
Tsavo ouest: un abreuvoir malheureusemnt vide d'animaux car il avait trop plu.


Ambiance coucher de soleil sur Tsavo, nous attendons les cris des hyènes!


Grosse termitière rouge de latérite à Tsavo ouest, elles sont le refuge de reptiles et de mammifères.


Luggard's falls, point dangereux de la Galana river, des gorges très profondes, des eaux tourbillonneuses.

k167.jpg k181.jpg k163.jpg k182.jpg
La Galana river avant ses chutes.

Quelques paysages de Tsavo ouest...=>



Ngulia safari camp

k183.jpg k187.jpg k185.jpg k193.jpg
Cet arbre majestueux est bien visible depuis la terrasse de Ngulia camp.

Les pistes en latérite sont magnifiques au milieu de ce vert intense.

Chyulu Hills avec ses volcans éteints drapés d’impressionnantes coulées de lave.

Le dôme aujourd'hui inactif est entré en éruption il y a une centaine d'années.

k188.jpg k186.jpg k190.jpg k125.jpg
Des arbres en fleurs diffusent un parfum délicieux, curieux pour une saison dite "sèche".


La lave a créé une masse torrentiforme sur des centaines de mètres.


Mzima springs, ou comment voir une eau d'une propreté incroyable. On y annonce des hippos et des crocos: seuls 3 crocos juvéniles et un adulte et un seul hippo qui nous tournait le dos.

Seul tronçon de piste qui ne soit pas rouge: autour de Chyulu Hills


k124.jpg k119.jpg k143.jpg k146.jpg
Comment faire quand la goupille de boîte à vitesse s'est rompue...

Le soleil est magnifique en Afrique, que ce soit au coucher comme au lever.

Ashnil lodge et son étang, il y a beaucoup d'oiseaux et des hippos, les lions s'y font entendre la nuit.

Lion Hill lodge à Tsavo est, bien qu'en limite de parc, offre un panorama grandiose.

Photos Pierre-Yves et Kenza Vaucher.

Une autre manière de voir ce voyage: le forum. Vous trouverez quelques vidéos et des extraits sonores en plus.