accueilbatraciensreptilespages du naturalistela photo du moisalbum photolivre d'orme contacter

Aide pour l'identification des serpents et de l'orvet (lézard apode),
sur la commune de Veigy-Foncenex, Haute-Savoie (74).

Une fois n'est pas coutume, si je change de style et de présentation dans la "page du naturaliste"! Ces dernières années, comme depuis toujours dans le fond, j'ai été confronté à la méconnaissance de la population sur tout ce qui rampe et fait peur. La plupart des gens confondent couleuvres, vipères et orvet, et souvent ces derniers subissent le même sort et finissent sous une pierre ou un bâton alors que, rappelons-le, les reptiles sont tous protégés en France, quels qu'ils soient.
Cet été alors que je cherchais des vipères sur la commune, un habitant d'un certain quartier m'a dit qu'un voisin venait de se faire mordre, par "une vipère" forcément. Mais lorsque je me suis aventuré à demander quelques détails concernant l'aspect du coupable mordeur, je n'ai eu que de vagues réponses plus ou moins descriptives: long de 50 cm, brun, ou un peu gris, avec quelques dessins... Ce qui signifie en gros que l'animal décrit correspond aux 4 espèces de serpents qui vivent sur la commune. Alors la personne mordue s'est donc rendue à l'hôpital sans savoir réellement ce qui lui arrivait, sauf une vive douleur si il s'était avéré que ce fut une vipère aspic.
J'espère que cet article retiendra votre attention et vous aurez tout le loisir, le temps de le consulter durant cet hiver qui s'annonce frisquet, avant que les reptiles apodes (sans pattes) ne pointent leurs museaux dehors, le printemps prochain!


aspisVeigy3.jpg   aspisVeigy2.jpg
Vipera aspis, la vipère aspic, est peu fréquente sur la commune et se trouve uniquement sur quelques endroits secs et bien ensoleillés. Elle se distingue de loin par sa tête triangulaire, son museau plus ou moins retroussé, son dessin sombre en forme de "V" inversé, ses dessins en zig-zag plus ou moins interrompus; sa queue est courte et distincte du tronc. C'est un serpent venimeux assez indolent qui ne mord que si on marche dessus ou si il est saisi. Dans ce cas, il est recommandé de se rendre dans l'hôpital le plus proche pour un suivi médical et ce, sans panique.





  Si elle se laisse approcher, vous observerez ses écailles sus-oculaires larges alors que les autres sont petites, la pupille est verticale, les paupières sont soudées et transparentes, le museau retroussé, un dessin foncé part du derrière de l'œil pour se diriger vers le cou (attention à la confusion possible avec la couleuvre coronelle ci-dessous). Les écaillées sont légèrement carénées (ligne médiane rugueuse). La vipère aspic adulte est beaucoup plus massive que la coronelle lisse. Elle mesure entre 50 et 60 cm et sa couleur de fond varie autant qu'il y a d'individus et ce, du brun au cuivré en passant par le gris. La distance œil-museau est nettement plus courte que chez les couleuvres.

coronella1.jpg   coronella2.jpg
Coronella austriaca, la coronelle lisse, est une couleuvre de petite taille qui peut être confondue avec la vipère aspic. Elle s'en distingue de loin néanmoins par une tête ovale moins distincte du cou, une longue queue effilée, une sveltesse significative et l'absence de dessin en "V" remplacé par une tache sombre ou deux larges bandes, prenant tout le dessus de la tête. Les reflets irisés signent une mue toute récente. Elle mesure en 60 et 70 cm. Elle peut mordre en cas de capture mais sa morsure est indolore et inoffensive.

  De près nous voyons que l'œil est plus éloigné du museau, que celui-ci est arrondi; la pupille est ronde, les paupières sont soudées et transparentes, les écailles du dessus de la tête (plaques céphaliques) sont larges et au nombre de 7 en dehors des sus-oculaires. Les écailles ne sont pas carénées, c'est à dire qu'elles ne disposent pas d'une petite aspérité médiane. Il n'y a pas de rangée d'écailles entre l'œil et les écailles de la lèvre (labiales). La coronelle et la vipère fréquentent les mêmes biotopes secs et chauds.

natrixAll2.jpg   natrixAll.jpg
Natrix natrix, la couleuvre à collier, est la couleuvre la plus commune et la plus facilement observable. Elle est de taille moyenne et dépasse fréquemment le mètre. Elle est généralement gris uniforme avec quelques taches noires régulièrement réparties et se caractérise, de loin, par son collier blanc crème et noir grâce auquel il n'est pas possible de la confondre avec un autre serpent. Elle est rapide, craintive et émet une sécrétion nauséabonde en cas de danger. Elle peut écarter ses mâchoires et se gonfler pour paraître plus impressionnante (comme ici) ou alors faire la morte pour se défendre. Elle ne mord jamais. Elle fréquente les abords des points d'eau.

  De près nous observons une pupille ronde, des écailles labiales striées de noires. Les écailles sont relativement grandes. L'œil n'est pas traversé par une ligne sombre ce qui lui donne un aspect plus effrayant que la précédente, la pupille est ronde, les paupières sont soudées et transparentes. Les écailles du corps sont nettement carénées. Le collier noir et crème (parfois jaune ou orangé) reste toutefois la principale caractéristique de cette couleuvre.





Zamenis2.jpg   Zamenis1.jpg
Zamenis longissimus, la couleuvre d'Esculape, est la plus grande de nos couleuvres régionales car elle peut atteindre exceptionnellement 2 mètres. Elle se cantonne le plus souvent vers le mètre cinquante. Elle fréquente les biotopes secs et ensoleillés et se montre aisément arboricole. Sa livrée la distingue des autres serpents par son uniformité jaune bronze ou brun jaune, finement ponctuée de petites taches blanches. Elle est très  localisée et fort discrète. Les jeunes individus présentent un collier semblable à la couleuvre précédente. Son comportement est en général très placide lorsqu'elle est capturée.

  Approchons nous discrètement et remarquons que ce magnifique serpent peut arborer des reflets irisés. Sa tête est typiquement ovale et peu distincte du cou, elle ne présente aucun motif, le dessous est d'un beau jaune, les écailles céphaliques sont nettement délimitées et de grande taille, les écailles des flancs ne sont pas carénées, celles du dos le sont finement; c'est un serpent très doux au toucher. La pupille est ronde, les paupières sont soudées et transparentes.





orvet2.jpg   orvet1.jpg
Anguis fragilis, l'orvet commun, est un lézard apode (sans pattes) qui fréquente communément les sous-bois et les jardins. Il est de petite taille, entre 30 et 40 cm, se déplace très lentement, la queue est tronquée, courte, et il s'en sépare en cas de danger (donc ne pas le manipuler). Le mâle est généralement gris uniforme avec une ligne vertébrale foncée, la femelle présente des flancs marrons très contrastés et une ligne vertébrale foncée. Sa tête est courte et non distincte du cou. Il paraît incroyable que ce lézard inoffensif paie un lourd tribu en étant trop souvent confondu avec la vipère et donc tué.

  L'orvet se laissera examiner de près sans difficulté tellement il est lent et inoffensif. La bouche est courte, le regard expressif car les paupières sont mobiles, on distingue une ébauche de tympan près du cou. La tête n'est pas distincte du cou, les écailles sont lisses et de petite taille y compris les ventrales (grandes chez les serpents). Sa langue est bifide et épaisse.







Photos Pierre-Yves Vaucher.

haut de page

précédente