accueilbatraciensreptilespages du naturalistela photo du moisalbum photoforumme contacter

Aperçu de la faune en Campanie près de Naples: le Parco Partenio, Paestum et le Vésuve.


Du 8 au 13 avril 2010 je suis allé avec mon fils Romain (étudiant en géologie à l'université de Genève) faire un peu de terrain dans la région d'Avellino, sur les flancs du Vésuve et à Paestum. Pour quelles raisons nous être aventurés dans cette région? et bien chercher un peu de chaleur depuis Genève dans une région desservie par Easyjet a été simple à choisir. Il fallait pour Romain un peu de vulcanologie et pour moi, quelques reptiles dehors et, au début avril, le temps peut être encore frileux! Le Parc régional Partenio semblait tout à fait convenir. Nous choisîmes cet endroit en fait au hasard car, au début de ce projet, je m'imaginais d'abord parcourir les flancs du Vésuve à la recherche de quelques crapauds verts ou de la vipère aspic (Vipera aspis hugyi). Mais arrivés sur le terrain, nous nous sommes très vite aperçu de la densité de l'expansion urbaine et des difficultés d'accès des flancs du Vésuve hormis par les routes touristiques. e temps maussade n'a pas non plus arrangé les choses; il a fait frais, couvert, venteux, pluvieux, mais surtout des températures n'excédent guère les 12° en plaine, alors imaginez en altitude... Le parco Partenio de 14870 hectares est pricipalement calcaire et certains sommets culminent à 1600 mètres; à cette période, il y avait encore quelques plaques de neige sur certains sommets. Les températures à 1000 mètres étaient de l'ordre de 4° la nuit et de 9° la journée.
Les sommets principaux sont le Montevergine (1480m), le Monte Avella (1598m) et le Monte Ciesco Alto (1357m). La forêt est en majeur partie composée de hêtres (Fagus sylvatica) mais aussi des résineux et d'essences mixtes. Les ruisseaux sont torrentiels et la richesse du sol provient, malgré le calcaire, des retombées éruptives du Vésuve. La pluviométrie dépasse les 2000mm à l'année et profite aux nombreuses espèces de plantes recensées (1140) dont le lys martagon, la camomille, une grande variété d'orchis, les châtaigniers, les chênes et chênes verts, les frênes, érables et charmes Naples, parsemée d'arbustes bourdaine, le troène, le houx, les asperges sauvages et le millepertuis. Sur les flancs à plus basse altitude s'observent la bruyère, le myrte, les cistes, les fraise et l'euphorbe ainsi que de nombreuses espèces d'arbustes adaptés au chaud et au sec. Nous avons eu la chance de trouver du cyclamen sauvage et des magnifiques fleurs bleues que je n'ai pu identifier. Après quelques reconnaissances de terrain et de biotopes susceptibles de receler des espèces intéressantes telle la salamandre tachetée, nous sommes allés tous les soirs en exploration près de ruisseaux ou alors simplement en voiture dans les chemins forestiers.
La météo étant très fraîche, nous ne trouvâmes quasiment rien sauf les deux derniers jours où nous avons eu enfin la chance de trouver une seule salamandre. Des larves ont été observées dans plusieurs ruisseaux, y compris hors de cette zone, en pleine culture de noisetiers près d'Altavilla Irpina, à 360m d'altitude. La salamandre tachetée y est décrite comme très commune par des températures plus douces. Le lundi 12, la veille du départ, Romain et moi avions décidé de passer la journée entière dans ce parc et d'explorer les alentours d'un petit lac: nous avons pu observer de nombreux crapauds communs (Bufo bufo spinosus) dont de nombreuses (et exclusivement elles) femelles avaient été tuées, certainement par la main de l'homme car elles avaient toutes le mandibule inférieur cassé. Notre grande surprise fut de trouver sous un tas de gravats 4 Bufo (Pseudepidalae) viridis, 2 mâles et 2 femelles à 1000 mètres d'altitude! Moi qui croyait que c'était un animal de plaine affectionnant les terrains meubles voir sablonneux...
Voici la liste non exhaustive de l'herpétofaune que l'on peut rencontrer au Parco Partenio: Bufo bufo spinosus, Bufo viridis, Rana italica, Salamandrina terdigitata, Salamandra salamandra gigliolii, Elaphe quatuorlineata, Zamenis lineatus, Coronella austriaca et Podarcis sp. Pour les mammifères, il est possible d'observer une trentaine d'espèces dont le sanglier, la fouine, la martre, le putois, le renard, le blaireau, le loup très rarement et de manière isolée, le chat sauvage, la loutre et, pour les rongeurs, le loir, le loir muscardin, le lérot et le campagnol dont nous trouvâmes plusieurs nids sous des tôles. 110 espèces d'oiseaux fréquentent cette région dont le faucon pèlerin, l'aigle royal, la huppe, le faucon crécerelle, la chouette hulotte et sa cousine l'effraie, le coucou, le pic vert, le pic épeichette et torcol fourmilier.
Notre tour au Vésuve nous apporta son lot de tourisme, de fraîcheur et de couverture nuageuse. Nous n'avons pas pu admirer la baie de Naples dans toute sa splendeur. Les flancs du Vésuve sont inaccessibles, clôturés pour la plupart depuis les routes et la végétation dense rend toute prospection difficile, sans parler du terrain volcanique, friable, instable et tranchant. Nous avons pu photographier quelques orchis et surtout de magnifiques lupins sauvages. Seul un Podarcis sp a pu être photographié. Notre sortie à Paestum a permis de nombreux clichés de magnifiques mâles de Podarcis siculus ansi que de magnifiques exemplaires de Papilio machaon et quelques grandes locustes. Un seul serpent de grande taille et en fuite a pu être entendu.
Sur notre retour Avellino nous avons rencontré une seule Rana italica.

npy1.jpg npy5.jpg npy6.jpg npy7.jpg
Magnifique scille (Scilla bifolia?) surgissant de la litière.

Un bouquet printanier comme on en voit plus.


Plein de fleurs partout, sauvages et variées.


Ornithogale ou dame de onze heures, ses fleurs s'ouvrent à onze heures et se referment au soir

npy8.jpg npy9.jpg npy10.jpg npy11.jpg
A identifier.

A identifier.

Romain au ras du sol !

Des racines de hêtre, spectaculaires.

npy12.jpg npy13.jpg npy14.jpg npy19.jpg
A identifier.

Coquelicot et micro hymènoptère.

Le lupin à feuilles étroites, Lupinus angustifolius

Une sorte de sedum au pied du Vésuve.

npy16.jpg npy17.jpg npy18.jpg npy23.jpg
Ces lupins à feuilles étroites, cet Orchis et cette autre fleur ont été pris au pied du Vésuve, sur un bord de route accessible à la marche.

npy20.jpg npy21.jpg npy22.jpg npy24.jpg
Quelques plantes encore (dont le Le muscari bleu à toupet Muscari comosum) et Romain faisant quelques assouplissements sur fond de baie de Naples, enfin ensoleillée.

npy25.jpg npy26.jpg npy27.jpg npy28.jpg
Podarcis siculus siculus.

Un criquet géant, Anacridium aegyptium.

Un autre exemplaire.

Sous une pierre, une jeune couleuvre tesselée.

npy29.jpg npy30.jpg npy31.jpg npy43.jpg
Natrix tesselata faisant la morte.

et se ressaisissant !

Fleurs inconnues.

Le biotope de Salamandra, la forêt de hêtre.

npy32.jpg npy33.jpg npy34.jpg nr2.jpg
Rana italica...

grenouille endémique et...

torrenticole d'Italie.

Larves de Salamandra près d'Altavilla Irpina.

npy36.jpg npy37.jpg npy38.jpg npy35.jpg
Salamandra salamandra gigliolii, des exemplaires entièrement jaunes peuvent être trouvés dans cette région ainsi qu'au Monte Pecoraro en Calabre. Nous avons eu la chance d'en trouver au moins une et quelques larves dans différents ruisseaux.



npy40.jpg npy39.jpg npy41.jpg npy42.jpg
Bufo bufo spinosus mâle...

et femelle.

Cyclamen hederifolium ou Cyclamen de Naples =>



npy44.jpg npy45.jpg npy46.jpg npy47.jpg
Tas de gravats intéressant du point de vue naturaliste: insectes, reptiles et batraciens peuvent y trouver refuge; ce jour là ce furent 4 Bufo viridis que je trouvai, deux mâles adultes et deux jeunes femelles. Leur couleur terne dénotait une température basse.

npy48.jpg npy49.jpg npy50.jpg npy51.jpg
jeune femelle de crapaud vert.

mâle adulte...

et son portrait.

Ce mâle de crapaud commun s'accroche désespérément à une femelle... morte !

En faisant le tour de ce petit lac du centre du Parco Partenio, nous avons trouvé énormément de crapaud morts sur la berge, souvent avec le mandibule inférieur cassé. Seule une main humaine peut être capable de cela et nous n'en comprenons pas la raison. Les pontes étaient déjà avancés et nous avons retrouvés des cordons d'oeufs asséchés sur la berge. Seul un couple vivant (voir ci-dessous) a été observé. =>>>

npy52.jpg npy53.jpg npy54.jpg






npy55.jpg npy56.jpg npy57.jpg npy58.jpg
Sans commentaire.

Des crocus...

Un Papilio machaon nous a fait...

l'honneur de butiner...

npy59.jpg npy60.jpg npy61.jpg npy62.jpg
tout près de nous dans...

les ruines de paestum.

Magnifique voilier.

Fleur à déterminer.

Photographies Pierre-Yves Vaucher (ci-dessus) et Romain Vaucher (ci-dessous).

nr1.jpg nr3.jpg nr5.jpg nr7.jpg
Natrix tesselata, trop drôle dans sa position

de défense, pas très convaincante pour nous !

Une paire de mâles de Podarcis siculus

La femelle...

nr6.jpg nr9.jpg nr11.jpg nr8.jpg
Un exemplaire capturé dans un champ de lave.

femelle ?

Les glycines et Paestum.

Le lupin sauvage.

nr12.jpg nr14.jpg nr15.jpg nr16.jpg
Salamandra salamandra gigliolii.

Bufo bufo spinosus mâle.

Le lac des crapauds morts...

Deux Bufo viridis mâle conversant !

nr17.jpg nr18.jpg nr19.jpg nr20.jpg
Un effet de l'objectif du bridge Fuji de Romain.

Une ponte de crapaud commun.

L'accouplement du crapaud commun est spectaculaire de part le dimorphisme sexuel (mâle beaucoup plus petit) et la taille géante de la femelle. De plus, le mâle est fermement accroché à la femelle qui risque de périr noyée.

nr21.jpg nr22.jpg nr23.jpg nr25.jpg
Portraits d'accouplement du crapaud commun italien. =>





De jolis crocus.

npy63.jpg npy64.jpg npy65.jpg npy66.jpg
Le Vésuve depuis le bas avec sa végétation buissonnante.
Une ancienne coulée de lave à l'est de la montée.

La caldera avec ses fumerolles.

La sécurité est de mise, le site est très fréquenté.