Pétition contre la capture de l'ours Franska

Geo

Pétition contre la capture de l'ours Franska

Message par Geo »

NON à la capture de Franska !
"Franska n'a pas un comportement "anormal" au regard du protocole "ours à problèmes" établi par l'Etat.
On ne peut pas reprocher à un ours de profiter d'une source de nourriture mise à sa portée sans protection.
Toute politique basée sur l'exclusion (de l'ours comme de l'homme) est une impasse.
La seule solution durable est de travailler ensemble sur la conciliation de la présence de l'ours et des activités humaines.
Les solutions existent et sont efficaces : embauche de bergers, chiens de protection, parcs de protection ...).
Nous demandons à l'Etat de mettre en oeuvre ces mesures et nous rapellons notre attachement à la restauration d'une population d'ours viable dans les Pyrénées."

Avatar du membre
Pierre-Yves
admin
admin
Messages : 3146
Enregistré le : 31 janv. 2006 15:22
Localisation : Genève, Suisse
Contact :

Message par Pierre-Yves »

signé !

Avatar du membre
Staff
membre junior
membre junior
Messages : 32
Enregistré le : 13 août 2006 10:14
Localisation : Belgique
Contact :

Message par Staff »

Bonsoir,
Merci pour votre soutien à cette action.
Staff

Avatar du membre
Bam
membre junior
membre junior
Messages : 60
Enregistré le : 30 juin 2006 14:39
Localisation : Belgique

Message par Bam »

Je vais surement m'attirer les foudres de certains membres de ce forum mais je me pose réellement la question du bien-fondé de la réintroduction de l'ours dans les Pyrénées.
Pour ma part je ne suis pas convaincu... :?
Et ce ne sont pas les arguments décrits sur le site "Au pays de l'ours" qui vont me faire changer d'avis:
"Raisons des réintroductions
Espèce protégée, l’ours brun est en voie de disparition en France et en Espagne.
La France dès 1984 prend des engagements au travers un plan de sauvegarde de l’espèce. En 1993, aux côtés de l’Espagne, elle s’engage auprès de l’Europe dans le cadre du programme Life « Conservation des vertébrés menacés dans les Pyrénées ». Des responsabilités qu’elle doit aujourd’hui assumer.
En sauvegardant l’ours brun, ce n’est pas seulement un patrimoine naturel que nous protégeons ; c’est aussi un patrimoine culturel. L’ours n’est plus seulement une espèce sauvage. Il est un symbole, un emblème pour les Pyrénées. Son histoire est intimement confondue avec celle des hommes. Il est le garant d’une culture et d’une histoire encore vivantes.
D’un coté purement écologique, les grands carnivores, les prédateurs sont des indicateurs fiables de l’état de santé de l’environnement. Ils sont les premiers à disparaître lorsqu’il y a déséquilibre. La présence de l’ours est la preuve d’un environnement riche et diversifié. Un atout exceptionnel pour les Pyrénées.
Enfin, au delà de toute préoccupation environnementale ou culturelle, le retour de l’ours offre une image dynamique aux Pyrénées Centrales. Autour de ce projet, des hommes se fédèrent, proposent de nouvelles bases pour l’avenir et le développement de leurs vallées. Finalement, l’ours pose moins de problèmes qu’il ne pose de questions. C’est une nouvelle vision du territoire et du monde qui se fait jour."
L'ours "protégé","culturel","indicateur" et "rassembleur des hommes",mouais... :?
L'ours avait sa place dans les Pyrénées et malheureusement pour lui ,comme pour beaucoup d'autres espèces à travers le monde,l'Homme s'en est mêlé avec les conséquences que l'on connaît.Mais pour moi,dans la configuration actuelle de la situation,aussi bien d'un point de vue environnemental que d'un point de vue économique,je pense qu'une population d'ours ne peut s'y épanouir dans des conditions décentes.Concernant notamment les dimensions du territoire d'un ours, la proximité avec les infrastructures humaines sont inévitables et je doute
fortement que des terrains d'entente soient envisageables entre éleveurs et défenseurs de l'ours.
Ce que je veux dire par ce message,ç'est qu'il ne faut pas fonçer tête baissée dans les programmes de réintroductions quels qu'ils soient au nom de la SACRO SAINTE DéFENSE DE LA NATURE qui en plus est bien à la mode en ce moment (et tant mieux).La réintroduction d'animaux est quelque chose de TRèS TRèS délicat et des mesures draconniennes se doivent d'être prises pour que cette dernière puisse espérer être un réussite.Je ne parle pas ici de l'ours en particulier.
Cependant j'adore les ours et plus particulièrement les loups mais il faut dans tout les cas garder les pieds sur Terre en sacrifiant parfois certaines choses pour en favoriser d'autres...Un exemple?
Les gens pensent-ils que les ours réintroduits dans les Pyrénées ont été capturés dans un pays de l'est? Tout l'argent et l'énergie dépensés dans ce projet pourrait notamment servir à protéger l'ours dans ces pays là où il fait l'objet d'une chasse intensive mais où les populations sont naturellement viables!!!

Morzan

Message par Morzan »

L'homme me donne envie de vomir ...
Qu'est ce qu'ils ont a tout détruire ?!
Enfin ça sert a rien de le redire de toute facon ...
Vive l'extinction des hommes :badgrin:

Geo

Message par Geo »

"je doute fortement que des terrains d'entente soient envisageables entre éleveurs et défenseurs de l'ours"
-> C'est justement sur ce point que je garde tout mon espoir, même si c'est un sacré problème... (mais justement, qui dit problème dit solution). Les médias, fidèles à eux-mêmes, ne nous montre souvent que les deux extrêmes avec lesquels en effet il n'y a pas grands choses à espérer, mais les vrais amoureux de la nature ne sont en réalité pas indiférents aux problèmes des éléveurs et vise vers cela.
En tout cas ton opinion me parait tout à fait légitime et il est clair qu'elle derait être plus entendu par ceux qui foncent tête baissé au moindre mouvement écolo... :roll: Pour autant je ne la partage pas et je crois vraiment qu'il ne faut pas laissé tomber ce combat dont la seule solution, donc, est de trouver une bonne cohabitation entres l'homme et la bête.

Johan

Message par Johan »

Perso, je signe tête baissée
Ne coupons pas l'herbe sous le pied des mesures de réintroduction qui sont certes difficiles mais qui parfois sont un franc succès. Exemple: la réintroduction des vautours dans les Causses (Lozère). Super succès, il y avait pourtant bien des détracteurs au début! Les premièrs lâchers ont été des échecs cuisants, aujourd'hui il y a + de 500 vautours moines qui, planent en lozères

Avatar du membre
Staff
membre junior
membre junior
Messages : 32
Enregistré le : 13 août 2006 10:14
Localisation : Belgique
Contact :

Message par Staff »

Bam,
Cannelle était la dernière ourse des pyrénées.
Elle a été assassinée par un chasseur.
La réintroduction des ours est la seule solution pour conserver l'espèce.
Staff

Morzan

Message par Morzan »

Staff a écrit :Bam,
Cannelle était la dernière ourse des pyrénées.
Elle a été assassinée par un chasseur.
La réintroduction des ours est la seule solution pour conserver l'espèce.
Staff
j'avais vraiment été très ému, et j'avais la haine contre ce chasseur ... je l'aurais mis sur la chaise electrique :evil:

Geo

Message par Geo »

"je l'aurais mis sur la chaise electrique " :? :roll:
Je suis également convaincu de la puissance symbolique que peut avoir une réussite de cette lutte pour les ours qui est sans aucun doute le projet le plus important (dans le sens qu'il est le plus médiatisé, populaire, controversé aussi) du moment en terme de sauvegarde de la faune française. On ne parle pas avec tant de voix des différentes assoc' qui se battent pour d'autres espèces...
Donc si on laisse tomber ce projet qui est "sous les projecteurs", à quelle mentalité désintéréssé ou défaitiste du français envers sa nature faudra--il s'attendre ?! A l'inverse, une réussite sur le long terme garantira peut-être un nouveau souffle, une nouvelle mentalité, une nouvelle conscence... J'ignore si j'ai été très clair !
Bref, ça n'est qu'un argument qui reste en second plan pour ma part, le premier étant simplement que les Pyrénnés SONT l'une des demeurres des ours, fait qu'il est presque risible de vouloir contester, et le fait de vouloir exclure l'animal au profit de l'homme n'est pas plus légitime que l'inverse.
On ne nous demande quand même pas de résoudre le problème du Darfour, juste de tenter, essayer, étudier, chercher à créer un équilibre viable entre les ours et les éleveurs....

Répondre