accueilbatraciensreptilespages du naturalistela photo du moisalbum photoforumme contacter

La faune de l'île de Paros: quelques reptiles, batraciens et invertébrés.


Elaphe quatuorlineata  Rana ridibunda cplx.  Eryx jaculus  Hemidactylus turcicus  Cyrtopodion kotschyi  Laudakia stellio 

Ablepharus kitaibelii  Mesobuthus gibbosus  Euscorpius sp.  Eresus walckenaerius  lycosa narbonensis  Argiope lobata

Du 7 au 18 juillet 2005, je me suis rendu sur l'île de Paros, située au coeur des Cyclades à environ 5 heures de bateau du Pirée. Cette très jolie île est connue pour ses carrières de marbre avec lequel a été réalisé la déesse de Milo ainsi que pour ses vents parfois forts qui font le régal des véliplanchistes. En dehors de ces considérations quelque peu touristiques, car j'étais là-bas aussi en touriste, j'ai passé plusieurs de mes journées à parcourir la campagne, les lits de rivières asséchés (je n'ai trouvé qu'un point d'eau près de Marpissa), à soulever maintes et maintes pierres afin de découvrir quelques trésors animaliers. Je recherchais plus précisément la vipère ammodyte (Vipera ammodytes meridionalis) que je n'ai hélas pas pu observer. Par contre, je crois que je n'ai jamais trouvé autant d'araignées et de scorpions (Mesobuthus, Lycosa) ainsi que des geckos (Hemidactylus, Cyrtopodion): sous chaque pierre je trouvais quasiment un représentant de ces espèces, quand ce n'était pas plusieurs espèces dont certaines proies et prédateurs! J'ai eu beaucoup de chance de rencontrer le seul boidé européen (Eryx jaculus) qui est un serpent fouisseur. La chaleur régnante et les vents qui ont soufflés durant 4 jours n'ont pas facilité mes observations. Toutefois, mon instinct et ma connaissance du terrain m'ont permis de trouver quand même quelques bêtes intéressantes. Je n'ai, par contre, pas rencontré de traces du crapaud vert (Bufo viridis) qui m'est si familier lors de mes voyages dans le sud est de l'Europe. Mes promenades dans la garrigue ont toujours été ponctuées du plaisir de la découverte, qu'elle fut animale ou végétale, comme l'origan que vous pouvez cueillir et déposer sur un délicieux morceau de feta, le soir, avec un filet d'huile d'olive et un verre de retsina! Sur ces entrefaites culinaires, passons donc à la description des espèces observées.

La couleuvre à quatre raies

nom scientifique: Elaphe quatuorlineata, Colubridae.
nom courant: couleuvre à quatre raies.
répartition géographique: sud est de l'Europe, côte de l'Adriatique, Albanie, Grèce, Macédoine, Bulgarie, Roumanie, sud de l'Ukraine, îles Ioniennes et de la mer Égée, nord ouest, centre et sud de l'Italie, Sicile. La sous espèce Elaphe quatuorlineata muenteri habite les Cyclades.
mœurs: c'est un serpent diurne (matinal ou crépusculaire en été), terrestre mais qui n'hésite pas à grimper dans les buissons. Son caractère est placide, indolent, elle ne cherche pas à mordre lorsqu'elle est saisie ou se sent menacée. Elle souffle tout au plus et cherche surtout son salut dans la fuite.
habitat: sur Paros, vu qu'il n'y a pas de forêts, elle affectionne les coteaux bien exposés et parsemés d'énormes blocs rocheux au-dessous desquels elle peut se réfugier.
dimorphisme: les mâles possèdent des hémipénis, sont plus petits que les femelles qui peuvent atteindre exceptionnellement 2,50 mètre (pas dans les Cyclades).
nourriture: petits mammifères, oiseaux et leurs oeufs, lézards; ces grandes couleuvres peuvent faire parfois des incursions dans les poulaillers.
reproduction: espèce ovipare dont la maturité sexuelle est atteinte vers 4 ans. La ponte est constituée de 5-15 oeufs de 30 à 70 mm de long. L'incubation dure environ 2 mois.
lieux d'observation: ouest de Marpissa (voir carte ci-dessous). Signalée comme abondante dans l'île par la population ou les chasseurs.


Elaphe quatuorlineata, une des plus grandes couleuvres européennes. Cette espèce est placide, ne se défend qu'en "soufflant" et prend aisément la pause. Elle mesurait 1 mètre 40, elle était sous un rocher, à l'ombre vers 10h30.

Détail des plaques céphaliques. La ligne sombre est présumée protéger l'oeil des attaques de prédateurs. L'auteur avec "sa capture": sans mon guide Ilias Arcoulis qui m'a amené dans cet endroit, je ne l'aurais certainement jamais trouvée en été.

La grenouille verte des Balkans

nom scientifique: Rana ridibunda cplx, Ranidae.
nom courant: grenouille verte des Balkans.
répartition géographique:
mœurs: proche du "complexe esculenta", elle se comporte comme toutes les grenouilles de ce groupe.
habitat: le long des cours d'eau (rivières, fossés, eaux vives comme stagnantes), des lacs, si possible à végétation abondante (ronces, roseaux, branches d'arbres surplombant le point d'eau) et en eau peu ou très profonde. Elle est présente également dans les réservoirs ou barrages.
dimorphisme: les mâles sont nettement plus petits que les femelles, plus verts et possèdent des sacs vocaux latéraux qui laissent une trace grisâtre à la commissure des mandibules. Les femelles sont nettement plus grosses et de couleur généralement brunâtre.
nourriture: insectes et invertébrés de toute sorte, petites grenouilles, tout ce qui passe à portée et est susceptible d'être saisi.
reproduction: l'accouplement a lieu entre avril et mai, de petits amas d'oeufs sont déposés ça et là, au milieu des végétaux. A cette époque, les mâles sont généralement observés en aval, en nombre, alors que les femelles se situent nettement en amont et de manière très isolées.
lieux d'observation: je n'ai trouvé que deux points d'eau potentiels: près du camping de Naoussa et dans un vallon à l'ouest de Marpissa.


Rana ridibunda cplx. et son biotope dans un vallon ombragé à l'ouest de Marpissa. En cette période de juillet, le chant des mâles se faisait encore entendre. Cette grande grenouille verte (~10 cm pour les femelles),
proche de Rana ridibunda et Rana kretensis est très agile et craintive;
j'ai pu observer des têtards à certains stades de développement (de deux semaines jusqu'à la métamorphose).

La boa des sables européen

nom scientifique: Eryx jaculus, boidae.
nom courant: boa des sables, Eryx javelot.
répartition géographique: Grèce, sud de l'Albanie, Macédoine, sud de la Bulgarie, Turquie, Corfou, nombreuses îles des Cyclades, du Dodécanèse et du nord est de la mer Égée.
mœurs: fouisseur et essentiellement nocturne, ne cherche pas à mordre.
habitat: préfère les milieux secs, sablonneux, avec une terre ou une surface meuble, les régions cultivées, les plages, parfois même présent dans des biotopes très caillouteux (cf. image ci-dessous).
dimorphisme: les mâles possèdent des hémipénis. Ce serpent mesure au maximum 80 cm.
nourriture: petits mammifères, lézards, oisillons qu'il tue par constriction. Lorsqu'il est plus jeune, il peut se nourrir d'insectes ou de limaces.
reproduction: ovovivipare, la femelle donne naissance à une quinzaine de serpenteaux mesurant entre 12 et 15 cm.
lieux d'observation: près du Camping à l'ouest de Naoussa et sur la "route" qui mène de Lefkes au monastère Agios Kiriakis, à la hauteur de celui-ci.


Eryx jaculus, le seul boidé européen dans la paume de ma main. Détail de la tête, cet exemplaire juvénile mesurait environ 16 cm. Je l'ai trouvé sous une pierre, sur un talus de terre meuble.

Eryx jaculus. Biotope du boa des sables (alors qu'il n'y a que de la caillasse sauf un lit de ruisseau asséché, près de Lefkes). Eryx jaculus, près du camping à l'ouest de Naoussa.

Le gecko turc ou verruqueux

nom scientifique: Hemidactylus turcicus, gekkonidae. Déjà décrit sur la page consacrée aux geckos d'Europe.
lieux d'observation: absolument partout sur Paros, que ce soit en bord de mer ou à l'intérieur de l'île.


Hemidactylus turcicus, le gecko circumméditerranéen par excellence. Sa peau peut parfois paraître translucide, il est rapide et se cache le jour sous des pierres. Ses lamelles adhésives sont réparties en 2 rangées sous chaque doigt et terminées par une griffe.

Le cyrtodactyle de Kotschy

nom scientifique: Cyrtopodion kotschyi, gekkonidae. Déjà décrit sur la page consacrée aux geckos d'Europe.
lieux d'observation: espèce extrêmement abondante mais pas sur la côte. Partage parfois une cachette avec des scorpions ou des lycoses, qui sont pourtant des prédateurs potentiels.


Cyrtopodion kotschyi. Un gecko terrestre dont les doigts sont dépourvus de lamelles adhésives. C'est le gecko le plus courant sur Paros et il n'est pas rare de l'observer prendre un bain de soleil le matin.

Ponte de gecko trouvée sous une pierre: il y a toujours deux oeufs,
mais allez savoir de laquelle des deux espèces de l'île il s'agit!.

L'agame stellion

nom scientifique: Laudakia (Agama) stellio.
nom courant: Stellion, Hardun, seul représentant des agamidés en Europe méditerranéenne.
répartition géographique: sud-est de l'Europe: Salonique, Corfou, Cyclades, Sporades, Chypre, Rhodes, Turquie et Moyen-Orient jusqu'en Égypte. 
mœurs: très farouche et très agile, il se déplace avec rapidité pour trouver une "planquette" lorsqu'il se sent inquiété; les mâles occupent souvent des territoires élevés sur les murs ou dans les arbres et en indiquent la prise de position par des hochements verticaux de la tête.
habitat: endroits secs, ensoleillés, biotopes sableux, rocailleux, falaises, murs, troncs d'arbre et ruines.
dimorphisme: mâles souvent plus colorés que les femelles (bleu présent sur la partie antérieure du corps), présence d'une rangée nette d'écailles médianes et ventrales longue d'environ 1,5cm; femelles plus ternes, en général brunâtres à grisâtres. En avril 2002, je me suis aperçu que mon mâle était en réalité une femelle pleine d'œufs!!! Comme quoi, les critères de dimorphisme sont parfois très aléatoires (il/elle était bleu marqué/ée avec une ligne de pores ventraux, certes moins marqués que chez le mâle)!
taille: environ 30cm.
nourriture: tout type d'insectes volants, rampants.
terrarium: de grande dimension, 120/80/80cm, identique à Pogona vitticeps.
reproduction: ovipare, ponte comprenant entre 6 et 10 oeufs qui éclosent en août septembre. Ils mesurent environ 22mm de long pour une largeur de 7mm et sont déposés dans une cavité d'environ 10cm de profondeur creusée par la femelle. L'incubation dure entre 45 et 52 jours à une température comprise entre 27 et 30°.
particularités: le stellion est territorial comme tous les agamidés, et reste très commun dans son aire de répartition. C'est la première fois que j'observe des individus bleus (mâles comme femelles), alors que ceux de Chypre et de Rhodes étaient plutôt gris-bruns. Lorsqu'ils se sentent menacés dans un refuge, ils se gonflent de manière à ce que leurs écailles bloquent tout mouvement de leur corps; il devient donc impossible de les déloger en les "titillant" avec une baguette de bois.


L'agame stellion, trop souvent rencontré dans le sud-est méditerranéen.

L'Abléphare de Kitaïbel

nom scientifique: Ablepharus kitaibelii, scincidae.
nom courant: abléphare de Kitaïbel, scinque sans paupières.
répartition géographique: sud et est des Balkans, îles Ioniennes et de la mer Égée (sauf la Crète).
mœurs: diurne mais parfois actif à l'aube ou au crépuscule. Thermorégule souvent (vient souvent se mettre au soleil puis va se cacher). Avec l'âge il n'utilisera plus que ses pattes avant ou se déplacera en reptation.
habitat: espèce de plaine pouvant toutefois monter jusque vers 800 m, il affectionne les milieux herbeux ou broussailleux, secs où il peut aisément se déplacer. Il se réfugie sous des feuilles ou sous des pierres.
dimorphisme: les mâles sont plus foncés que les femelles. Cette espèce atteint 13 cm.
nourriture: très petits insectes, fourmis (?).
reproduction: ovipare, la ponte comprenant entre 2 et 4 oeufs est enterrée. Les jeunes éclosent autour de 9 semaines et mesurent entre 3 et 3,5 cm. Il atteint sa maturité sexuelle vers 2 ans mais ne vit guère plus de 4 ans.
lieux d'observation: 2 exemplaires vers Lefkes (~300 m d'altitude).


Si vous voyez un lézard avec les pattes atrophiées, soyez sûr qu'il s'agit d'Ablepharus kitaibelii.

Le scorpion gibbeux

nom scientifique: Mesobuthus gibbosus, Buthidae.
nom courant: scorpion jaune de Grèce.
répartition géographique: Albanie, Grèce, Turquie et Chypre. Son aire de répartition recouvre en partie celle de Buthus occitanus.
mœurs: essentiellement nocturne, se réfugie sous des grosses pierres le jour.
habitat: biotopes ouverts et bien ensoleillés, depuis la côte jusqu'à 1600 m.
dimorphisme: la vésicule (dernier segment de la queue avant l'aiguillon) à venin est plus grosse chez les mâles que chez les femelles.
nourriture: divers insectes, jeunes geckos, araignées.
reproduction: Elle se fait au moyen d'une parade nuptiale (ou danse des scorpions) durant laquelle ils se tiennent par les pinces. Un hémispermatophore (sorte de conteneur à spermatozoïdes) est
alors déposé par le mâle qui amène la femelle au-dessus afin qu'elle soit fécondée. La femelle met bas plusieurs dizaines de petits dont le venin est immédiatement opérationnel.
lieux d'observation: je ne connais pas un endroit sur Paros où il n'y en ait pas!
venin: peu dangereux pour l'homme en Europe, moins virulent que ses congénères d'Afrique du nord. Lire cet article.


Variante locale du scorpion jaune français, Mesobuthus gibbosus est très commun sur Paros. Buthus occitanus, femelle avec ses jeunes, département de l'Hérault.
Photo Christian Segonne.
J'ai observé plusieurs femelles de ce scorpion sous des pierres, protégeant leurs petits; celle-ci partageait le même abri avec une lycose, pourtant "ennemie".

Le scorpion noir

nom scientifique: Euscorpius sp. (italicus?). Chactidae.
nom courant: scorpion noir à queue jaune.
répartition géographique: Euscorpius italicus, flavicaudis & carpathicus partagent une aire de répartition englobant le pourtour méditerranéen.
mœurs: nocturne.
habitat: maquis ouvert, garrigue, sous des pierres.
dimorphisme: idem à Buthus ou Mesobuthus ?
nourriture: petits arthropodes, arachnides.
reproduction: idem à Buthus et Mesobuthus.
lieux d'observation: 1 seul exemplaire à côté du site des Rana ridibunda cplx.

Euscorpius sp. (italicus?) trouvé sous une pierre le long d'une rivière asséchée.

Les érèses

noms scientifiques: Eresus walckenaerius et Eresus ruficapillus (?), Eresidae.
nom courant: érèses.
répartition géographique: la famille de Eresidae recouvre l'Europe centrale et du sud.
mœurs: nocturnes et terrestres.
habitat: sous des pierres, je les ai observées abritées dans un cocon assez résistant, collé sous la face de la pierre soulevée. Biotopes exposés au soleil, végétation rase ou clairsemée.
dimorphisme: mâle plus petit et, selon les espèces, beaucoup plus coloré.
nourriture: invertébrés, petits lézards (?).
lieux d'observation: près de Lefkes et sur la route allant de Naoussa à Marpissa.


Eresus ruficapillus (?). Eresus ruficapillus, femelle, trouvée sous une pierre protégée par une toile dense. Eresus ruficapillus, le corps mesurait environ 40 mm. On peut voir les restes de certains repas.

 
Eresus walckenaerius, femelle.   Eresus walckenaerius, femelle.

La lycose de Narbonne

nom scientifique: Lycosa narbonensis, Lycosidae.
nom courant: la lycose de Narbonne, araignée loup.
répartition géographique: sud de la France et pourtour méditerranéen.
mœurs: nocturne, se déplace rapidement et est capable de faire des bonds d'une dizaine de centimètres. Détecte ses proies par les vibrations de leur déplacement.
habitat: garrigue, maquis sec, aussi près des habitations.
dimorphisme: ?
nourriture: invertébrés, petits lézards.
reproduction: ?
lieux d'observation: répartie partout sur Paros.
venin: morsure douloureuse mais non dangereuse pour l'homme.


Grosse femelle (~5cm de long, pattes non comprises) de lycose, espèce très courante sur l'île.

L'épeire soyeuse ou lobée

nom scientifique: Argipe lobata, Araneidae.
nom courant: L'épeire soyeuse.
répartition géographique: Europe méridionale, Afrique du nord, et du proche orient jusqu'en Asie.
mœurs: diurne et nocturne (?). Cette espèce d'épeire tisse une toile dont l'épaisseur du fil est impressionnante; pour m'être encoublé dedans, j'ai senti fortement la résistance du fil. sa toile était tissée à 1 mètre du sol entre deux buissons.
habitat: biotopes secs, buissonneux.
dimorphisme: ?
nourriture: insectes volants: diptères, hyménoptères, lépidoptères, coléoptères, etc.
reproduction: dépose un cocon en forme d'urne comme l'Argiope fasciée.
lieux d'observation: ouest de Marpissa, près d'un barrage, dans la vallée qui mène au site de Rana ridibunda cplx.


Argiope lobata, femelle dont la rencontre fut impressionnante: je me suis "encoublé" dans son fil de toile;
cette araignée mesurait environ 4 cm de corps et son fil de toile était d'une robustesse rarement rencontrée en Europe.




Biotope typique de: Mesobuthus, Lycosa, Cyrtopodion, Hemidactylus et Ablepharus. Lieux d'observation d'Eryx jaculus, Elaphe quatuorlineata et Rana kurtmulleri.

Photos Pierre-Yves Vaucher.


haut de page