accueilbatraciensreptilespages du naturalistela photo du moisalbum photoforumme contacter

Le cobra du Cap, Naja nivea, élapidé d'Afrique du sud.


Le cobra du Cap

nom scientifique: Naja nivea. Reptile.
nom courant: cobra du Cap.
répartition géographique: Afrique du sud, est, ouest, nord est et nord du Cap, Namaqualand, Damaraland, Karoo, Kalahari, Botswana, État d'Orange, Lesotho, Transkei et Pondoland. Atteint au nord de son aire de répartition le Tropique du Capricorne.
coloration: très variable, allant du jaune bronze au brun foncé, avec ou sans marques sur le capuchon. Ne possède toutefois pas les "lunettes" typiques du cobra indien (Naja naja). Les jeunes possèdent des bandes foncées qui disparaissent avec l'âge et peuvent être de couleur rouge comme l'exemplaire ci-dessous.
mœurs: tant diurne que nocturne suivant la température, le cobra du Cap est un reptile terrestre mais ne rechigne pas à grimper dans les buissons à la recherche de ses proies. Serpent assez agressif et responsable de la plupart des morsures fatales en Afrique du Sud.
habitat: brousse, biotopes rocailleux, apprécie la proximité des fermes où il trouve plus facilement ses proies; peut monter jusqu'à 2000 mètres d'altitude. Préfère les régions sèches et arides où il se réfugie dans les terriers de gerbilles qui constituent une partie de son régime.
dimorphisme: peu évident pour le néophyte, le mâle possède une queue plus longue et plus large que la femelle. Il possède également 2 hémipénis comme tous les serpents.
taille: mesure entre 1m50 et 2 mètres.
nourriture: petits mammifères, rongeurs, batraciens, reptiles et autres serpents (ophiophagisme), petits oiseaux.
terrarium: adapté à sa taille, il doit être bien chauffé (point chaud à 30°), et pourvu d'une bassine d'eau, ces serpents vivant souvent près de l'eau. La décoration se constituera de quelques plantes grasses, de branches et de copeaux de bois ou du sable selon l'espèce et son origine géographique. Prévoir une cachette qui diminuera le stress de l'animal et consolidera son appétit. Il peut vivre une quinzaine d'années en captivité.
reproduction: elle a lieu en septembre et octobre. Le cobra du Cap devient alors particulièrement agressif et irritable. C'est un serpent ovipare, et la ponte comprend entre 8 et 20 oeufs, mesurant environ 60/25mm qui éclosent après 14 à 21 jours d'incubation.
particularités: comme les autres espèces du genre (mambas, serpents corail, Aspidelaps, Elaps, Elapsoidea, Hemachatus, Dendroaspis), son venin est neurotoxique et sa dentition de type protéroglyphe. Il est toutefois plus toxique que les autres cobras de la région, et sa morsure peut être fatale si elle n'est pas soignée à temps. Le cobra du Cap est responsable de nombreux décès dans la région. Voir les soins de base concernant sa morsure (en anglais). Son principal prédateur, hormis l'homme, est la mangouste qui se fait une spécialité de tourner autour du serpent, de lui distribuer quelques coups de dent par ci - par là, de l'attaquer pour finir par derrière et lui asséner un coup de mâchoire fatal au niveau de la nuque. Le cobra n'est pas un foudre de rapidité et de précision à l'instar de la mangouste; celle-ci ne se fait qu'exceptionnellement mordre et est en partie immunisée contre le venin.
autres espèces de cobras présentes en Afrique du Sud:
Naja annulifera, Naja anchietae, Naja melanoleuca, Naja nigricollis, Naja nigricincta nigricincta, Naja nigricincta woodi, Naja mossambica, Hemachatus haemachatus
ou cobra cracheur, comme le nigricollis. Les cobras cracheurs ont les dents venimeuses possédant une cannelure dirigée vers l'avant et non vers le bas, ce qui leur permet par contraction de la mâchoire et des glandes à venin par le même mouvement, d'expulser et de projeter leur venin sur une distance de plus de 2 mètres; les serpents visent en général les parties brillantes de la tête de leur agresseur, les yeux en l'occurrence. La réaction va être une sensation de brûlure intense et peut provoquer une cécité temporaire, voire définitive si des soins ne sont pas prodigués à temps: rinçage des parties atteintes à l'eau stérile ou claire par défaut. Les cobras cracheurs sont à déconseiller en terrariophilie en raison du danger supplémentaire qu'ils représentent et du fait qu'ils "crachent" à tout va sur les vitres du terrarium. J'en ai fait l'amère expérience, ce n'est pas drôle et dangereux de nettoyer les vitres plusieurs fois par jour!


Naja nivea, © Nicholas van Zyl

Naja nivea, © Nicholas van Zyl

Naja nivea, © Nicholas van Zyl



Naja nivea, © Nicholas van Zyl




haut de page

précédentesuivante