accueilbatraciensreptilespages du naturalistela photo du moisalbum photolivre d'orme contacter

Un Colubridae africain, le boomslang, Dispholidus typus typus.


Le boomslang

nom scientifique: Dispholidus typus typus, espèce monotypique du genre des Colubridae, de la famille des Boiginae. C'est l'un des serpents opistoglyphes le plus connus d'Afrique.
nom courant: boomslang, de l'afrikaans qui signifie "serpent des arbres".
répartition géographique: Afrique tropicale, du sud du Sahara jusqu'en Afrique du sud, mais absent des régions arides de ce pays comme le Karoo, le petit et le grand Namaqualand et le nord-ouest du Cap. Namibie, Botswana, Zimbabwe, république d'Afrique du sud, Swaziland, Mozambique, Nigeria, Cameroun, république d'Afrique centrale, Zaïre, Uganda, Burundi, Rwanda, Kenya, Tanzanie, Gabon, Congo, Angola, Zambie, du Sénégal à ;l'Érythrée, Éthiopie, Somalie, Mali, Côte d'Ivoire, Gambie.
coloration: extrêmement variable, du brun clair au brun foncé uniforme ou avec des lignes vertébrales ou latérales grises, vert olive avec des taches noires sur la tête, vert tendre avec ou sans rayures foncées, noir uniforme sur la face ventrale et gris sur le dos. Les yeux peuvent être gris, bruns ou vert émeraude, tout dépend de la couleur dominante.
mœurs:diurne et arboricole, ne se rend que rarement au sol, sauf pour pondre. C'est une espèce très rapide et vive qui est cependant timide.
habitat: savanes, prairies buissonneuses, forêts ouvertes.
dimorphisme: peu évident pour le néophyte, le mâle possède une queue plus longue et plus large que la femelle. Il possède également 2 hémipénis comme tous les serpents. Les femelles sont de couleur prédominante brune.
taille: de 1m20 jusqu'à 1m80.
nourriture: tout ce qu'il peut trouver dans son habitat de prédilection, caméléons (Chameleo dilepis), oiseaux et oisillons saisis au nid, ainsi que leurs oeufs, lézards arboricoles, batraciens arboricoles (va vraiment finir par me fâcher ce Dix folie dus-je l'occire pour le bien-être de l'humanité herpétologique!!!), petits ;rongeurs.
Le cannibalisme existe chez cette espèce, na! Les proies sont fermement mordues jusqu'à ce que le venin fasse son effet; celui-ci est de type haemotoxique et neurotoxique, provoque des hémorragies sous-cutanées et internes qui peuvent s'avérer mortelles pour l'homme dans de nombreux cas. Un sérum spécifique existe pour ce type d'envenimation. Le développement de l'action du venin chez 'homme peut s'étaler de 24-48 heures.
terrarium:de relativement grande taille avec de nombreuses possibilités de "grimpettes", branches etc. La dimension doit être au minimum de 150/100/100, de type tropical, arrosages fréquents avec de l'eau déminéralisée afin d'éviter de nettoyer les dépôts de calcaire sur les vitres et de se passer par la même occasion d'un risque de morsure, une bassine d'eau et un substrat fait d'écorces. La possession d'un sérum antivenimeux est nécessaire à domicile, comme pour toute autre espèce de serpent venimeux dangereux d'ailleurs. La température sera comprise entre 20° la nuit et 27° le jour. 30° au point chaud sont suffisants.
reproduction: pond de 10 à 15 oeufs à la fin du printemps et au début de l'été; la femelle dépose sa ponte en général dans un trou d'arbre ou un ancien nid de pic; il peut aussi choisir un trou au sol ou en falaise comme un ancien nid de martin pêcheur. les éclosions ont lieu au bout de 4 à 7 mois et le jeunes mesurent environ une trentaine de centimètres à la naissance. Ils sont en général brun clair ou gris, avec de nombreuses taches claires ou foncées.
particularités: est souvent confondu avec le mamba (Dendroaspis angusticeps), sa tête est courte et caractérisée par des yeux ronds, proéminents, la pupille est ronde et les écailles céphaliques de grande taille. Il possède une queue préhensile utile pour ses évolutions arboricoles. Lorsqu'il est effrayé, ce serpent gonfle son cou de manière verticale en guise de menace ce qui fait apparaître les vives couleurs se situant entre les écailles, attitude adoptée également par Thelotornis. Cette attitude disparaît rapidement en captivité, où il se reproduit bien, pour faire place à un comportement "apprivoisé". Lorsqu'il est surpris au sol, il tentera de se réfugier dans l'arbre ou le buisson le plus proche. Quand il capture ses proies, il les "mâchonne" pour que les crochets à venin, situés à l'arrière de la mâchoire entrent en action de manière efficace.


Dispholidus typus, jeune, © Nicholas van Zyl

Dispholidus typus, mâle, © Nicholas van Zyl

boomslang1.jpg boomslang2.jpg
jeune dévorant un souriceau, photo Thomas Eimermacher jeune boomslang, photo Denis Ananiadis

Références bibliographiques:

puceA Field Guide to the Snakes of Southern Africa, de V.F.M. FitzSimons, 1970, éditions Collins.
puceSnakes of Africa, southern, central and east de R.M. Isemonger,1962, éditions Nelson.
puceAtlas of Reptiles and Amphibians for the terrarium, de Obst, Richter et Jacob,1988, TFH publications.
puceThe reptile fauna of the Kruger National Park, de U. de V. Pienaar,1978, Sigma Press.
puceThe Reptiles and Amphibians of Southern Africa, de Walter Rose,1962, Maskew Miller Ltd.

Voir le traitement de morsure de Dispholidus typus, en anglais.

haut de page

précédentesuivante