accueilbatraciensreptilespages du naturalistela photo du moisalbum photoforumme contacter

Les batraciens et reptiles de la région genevoise,

Les batraciens urodèles, tritons et salamandres.


Ces trois pages vous permettront de découvrir les habitants rampant, sautant, nageant et courant, qui m'ont intéressé lorsque j'avais environ huit ans; tôt le matin, nous partions avec mon père pour voir et capturer des vipères aspic, des couleuvres vertes et jaunes, des grenouilles et autres batraciens. Je ne vous dis pas le nombre de cailloux que j'ai du soulever durant mon existence afin de satisfaire ma curiosité envers des animaux qui sortent souvent la nuit. Les cartes de répartition n'ont pas pour objectif de vous situer avec exactitude la présence dans le canton, mais plutôt de montrer les concentrations et les régions où vous avez le plus de chance de pouvoir les observer.

Le triton alpestre

nom courant: triton alpestre.
nom scientifique: Ichthyosaura alpestris.
mœurs: nocturne, terrestre une partie de l'année, cohabite volontiers avec d'autres urodèles et anoures. Atteint 12cm.
habitat: tout type de point d'eau, bassins, mares, marais, campagne et ville, sous-bois, plaine et montagne jusqu'à 2500m.
dimorphisme: mâle plus petit que la femelle, bleu intense avec une ligne dorsale orange ponctuée de noir en période de reproduction, femelle brunâtre avec un ventre orangé. Cloaque proéminent chez le mâle.
nourriture: vers, petits crustacés, oeufs de grenouilles, insectes aquatiques, opportuniste.
reproduction: de fin février à avril; pontes d'environ 100 à 250 oeufs déposés en petits groupes sur des végétaux flottants
d'avril à mai. Les larves sont carnivores et quittent l'eau entre 3 et 4 mois, deviennent adultes vers 2 ans. Longévité moyenne de 4-5 ans. En captivité, peut atteindre l'âge de 20ans. 
particularités: le plus répandu de nos tritons et le plus spectaculaire en couleurs (pour le mâle!).
distribution: c'est le triton le plus commun qui se retrouve dans tous les points d'eau.


triton alpestre triturus alpestris triturus alpestris
Mâle (à gauche), femelle et juvénile en phase terrestre

Le triton palmé

nom courant: triton palmé.
nom scientifique: Lissotriton helveticus.
mœurs: nocturne, terrestre une partie de l'année. Ne dépasse pas la taille de 8cm.
habitat: tout type de point d'eau, bassins, mares, marais, campagne et ville, sous-bois, plaine et montagne jusqu'à 1500m.
dimorphisme: mâle avec les pattes arrières palmées, plus foncé que la femelle, possède un filament noir en bout de queue en période de reproduction. Cloaque plus proéminent. En phase terrestre, devient brun avec une ligne dorsale claire.
nourriture: idem aux autres tritons.
reproduction: de mars à fin mai, ponte de quelques centaines d'œufs, métamorphose entre 2-3 mois après la ponte.
particularités: très répandu dans le milieu forestier avec qui il partage les mêmes biotopes que I. alpestris et T. carnifex.
distribution: un peu partout dans la région, reste abondant par endroits mais sa survie est dépendante de la conservation des milieux naturels, fréquente les mares peu profondes.


Lissotriton helveticus Lissotriton helveticus Lissotriton helveticus
Mâle de Lissotriton helveticus.

Détail de la palmure du mâle

Femelle

Le triton ponctué ou lobé

nom courant: triton ponctué. nom scientifique: Lissotriton vulgaris.
mœurs: identiques aux autres tritons.
habitat: idem, mais ne dépasse guère 1000m. Hiberne aussi bien sur terre que dans la vase.
dimorphisme: le mâle possède des palmures latérales en forme de lobe, présence de crête dorsale claire.
nourriture: comme ses congénères.
reproduction: dans l'eau comme ses "collègues", de fin février à avril. 
particularités: n'a jamais été recensé sur le canton, la seule espèce proche ayant été observée est le Triturus (Lissotriton) vulgaris meridionalis, échappé ou relâché car provenant du nord de l'Italie. Triturus (Lissotriton) vulgaris a été capturé en 1921 dans les marais de Lossy, au pied des Voirons par Mr. P. Revillod.


Lissotriton vulgaris mâle

Lissotriton vulgaris femelle

Le triton crêté

nom courant: triton crêté.
nom scientifique: Triturus cristatus / carnifex.
mœurs: identiques aux autres tritons. Certains restent toute l'année dans l'eau, d'autres sortent après la période de reproduction.
habitat: tout type de point d'eau, profond ou non, forestier ou de plaine. Vit entre 300 et 500m, exceptionnellement à plus de 1000m d'altitude.
dimorphisme: en période de reproduction, le mâle présente une crête dentelée importante. La femelle se contente d'une ligne dorsale jaune orangée (cf. image ci-dessous). Grande espèce qui peut atteindre 15cm.
nourriture: vers, oeufs d'amphibiens et larves, arthropodes.
reproduction: de mars à juin, une centaine d'œufs sur les feuilles des plantes aquatiques; la métamorphose a lieu dans les 2-3 mois qui suivent, voire l'année suivante si les conditions climatiques ne sont pas requises.
particularités: l'espèce "cristatus" originelle a tendance à être supplantée par l'espèce méridionale "carnifex", pas toujours aisément identifiables l'une de l'autre.
distribution: encore présent dans le sud du canton, quelques points dans le chablais, en nette régression et carnifex tend à éliminer cristatus


cristatus2.jpg cristatus1.jpg cristatus3.jpg
Triturus carnifex, femelle, Veigy (74)

Triturus carnifex, mâle

mâle.

cristatus4.jpg cristatus5.jpg cristatus6.jpg
Triturus carnifex, mâle, Veigy (74, Haute Savoie)

Triturus carnifex, mâle en parade nuptiale

Triturus cristatus (?), marais de Chilly (74)

La salamandre tachetée

nom courant: salamandre terrestre ou tachetée.
nom scientifique: Salamandra s. terrestris.
mœurs: terrestre, nocturne, ne sort que par temps orageux ou de pluie; déteste le vent.
habitat: forêts de feuillus, de hêtre ou mixte (conifères et feuillus), régions vallonnées, proche des lieux de ponte qui consistent en la présence d'un petit ruisseau ou d'une petite rivière absente de poissons prédateurs.
dimorphisme: cloaque proéminent chez le mâle, femelle plus grandes.
nourriture: vers de terre, myriapodes, gastéropodes, scarabées, chenilles.
reproduction: accouplement à terre, mise à bas de petites larves possédant des branchies dans l'eau claire des ruisseaux. Ovovivipare.
particularités: en voie de disparition dans certains endroits du canton, compensée par une recrudescence à d'autres.
Pour plus de détails sur la salamandre tachetée...
distribution: présente dans le chablais entre Douvaine et Ballaison, dans le massif des Voirons et au niveau genevois dans le vallon de l'Allondon, en très net recul.


salamandre s.terrestris salamandre s.terrestris
Salamandra s. terrestris Salamandra s. terrestris

haut de page

informations du KARCH sur la situation actuelle

précédentesuivante