accueilbatraciensreptilespages du naturalistela photo du moisalbum photoforumme contacter

Les Discoglossidés et les Pelobatidés, crapauds étranges.


Pelobates cultripes

Le crapaud sonneur ou à ventre de feu

nom scientifique: Bombina variegata
nom courant: crapaud sonneur
répartition géographique: Europe centrale et de l'est (France, Suisse, Belgique, Luxembourg, Pays-Bas, Allemagne, et Autriche, Balkans, Grèce, Italie.
mœurs: très aquatique, le sonneur passe la plus grande partie de son temps dans l'eau ou sur les bords; il est essentiellement diurne, mais le mâle continue à chanter la nuit à la période des amours. Il vivent généralement en petites colonies.
habitat: généralement en eau peu profondes des espaces semi couverts: forêts, clairières, fossés, flaques d'eau temporaires, gravières.
dimorphisme: mâles sensiblement plus petits que les femelles, présence des callosités noires sur les doigts des mâles en période de reproduction. L'accouplement est de type amplexus lombaire (le mâle saisi la femelle à la hauteur du haut des cuisses en la prenant avec ses avant-bras).
chant: le cri d'appel ressemble au cri d'une chouette et n'est pas trop bruyant. Écoutez-le!
nourriture: tout ce qui bouge et qui est de la taille de sa bouche: insectes volants et rampants, papillons, vers de terre et grillons.
terrarium: espèce protégée et interdite de détention, capture, déplacement et destruction de son habitat. Se fait rare par endroits.
particularités: lorsqu'ils sont dérangés ou agressés, présentent un comportement défensif nommé la catalepsie: les crapauds ainsi dérangés s'arc-boutent sur leur dos et présentent leur face ventrale à leur assaillant, tandis qu'ils rapprochent leurs membres . L'agresseur est alors averti par le jaune du ventre que s'il va plus loin, il risque d'avoir des problèmes. Et c'est ce qui ne manque pas d'arriver si l'agression continue : les sonneurs à ventre jaune produisent alors un produit laiteux, toxique, qui a un goût âcre et putride, et qui a pour effet de faire gonfler les muqueuses. Pupilles en forme de coeur.


Bombina variegata

Bombina variegata

Bombina v. attitude de défense

Bombina variegata accouplement

Le pélobate cultripède

nom scientifique: Pelobates cultripes
nom courant: pélobate cultripède.
répartition géographique: sud-est et sud-ouest de la France, péninsule Ibérique et Maroc.
mœurs: crépusculaire et nocturne, terrestre. Ne se rend à l'eau que pour la reproduction.
habitat: terrains rocailleux ou sablonneux, dunes de sable du littoral, carrières.
dimorphisme: femelle jusqu'à 8cm, mâle plus petit avec présence de callosités sur les pouces en période de reproduction.
chant: proche de Pelobates fuscus (voir page des chants)
nourriture: divers insectes rampants, vers de terre et limaces.
reproduction: dès avril, par amplexus lombaire (le mâle saisit la femelle au bas des reins), le cordon d'œufs peut dépasser un mètre et est enroulé autour des plantes aquatiques des eaux stagnantes, étangs et fossés. Les têtards atteignent des dimensions qui battent les records de la faune européenne: de 10 à 12cm, peuvent même dépasser parfois les 16cm. Les petits sortent en juillet ou août, et mesurent 3 à 4cm, ce qui FONT d'eux les plus grands anoures métamorphosés de notre faune.
particularités: possède une pupille verticale, grands yeux saillants, animal de plaine. Il possède un tubercule métatarsien noir aux pattes postérieures qui lui permet de s'enfoncer rapidement en "forant" avec ses pattes arrières, alternativement la droite puis la gauche (ou l'inverse, cela dépend à quel moment vous l'observez!) dans un terrain meuble pour se cacher de jour ou durant la mauvaise saison qui s'étend d'octobre à mars. Animal très discret qui ne se rencontre que rarement sinon en soulevant quelques pierres à proximité d'un lieu de ponte où vous aurez observé des têtards géants. Attention, l'Alytes possède également de grands têtards mais aucune commune mesure avec ceux du pélobate.


pelobates cultripes crapaud pelobates cultripes pelobates cultripes
Pelobates cultripes, © Frank Deschandol Pelobates cultripes, © Frank Deschandol Pelobates cultripes, © Frank Deschandol


précédentesuivante