accueilbatraciensreptilespages du naturalistela photo du moisalbum photolivre d'orme contacter

La chouette chevêche, Athene noctua.


Je regarde au loin un vieux chêne majestueux et isolé, son feuillage roussi aux couleurs de l'automne, sorte de camaïeu de pourpre et de jaune encore partiellement moucheté de vert. Je me demande comment il a fait pour survivre et depuis combien d'années il observe son environnement se désoler au fur et à mesure de la progression des cultures qui l'entourent désormais.
Mon attention est soudainement attirée par un envol massif de corneilles qui tournoient juste au dessus de la cime de l'arbre: une buse essaie vainement de se poser mais le harcèlement des bruyants corvidés l'en dissuade provisoirement. Ce qui m'intrigue encore plus, c'est ce cri que j'entends au loin et qui semble également provenir de ce chêne: décidément ce végétal centenaire semble abriter du monde! Sans nul doute, je reconnais, après avoir brièvement passé en revue dans ma mémoire les auteurs possibles, le chant d'amour de la chouette d'Athéna ou chouette chevêche, Athene noctua, tout petit rapace nocturne de la famille des Strigidés dont fait également partie le hibou moyen duc qui habite aussi notre région. Toutefois, le membre le plus petit de la famille est représenté par la chouette chevêchette qui vit dans les régions forestières du Jura, des Vosges et des Alpes au dessus de 1000 mètres. La chouette chevêche est l'emblème de la déesse Athena et figure sur les pièces grecques d'un euro.
Maintenant vous n'êtes plus censés ignorer quoique ce soit des rapaces nocturnes de notre région! Ah si, il me reste encore à vous conter une autre fois la chouette hulotte, Strix aluco, et la chouette effraie Tyto alba.
La chouette chevêche est une espèce typiquement méditerranéenne comme l'est le hibou petit duc. Elle a autrefois été introduite par des aristocrates anglais et s'est répandue dans presque toute l'Europe sauf l'extrême nord. Elle a réussi à s'adapter dans des régions où règnent des hivers rigoureux. Son vol, gracieusement ondulé rappelle celui des pics. La chouette chevêche est le rapace nocturne que l'on voit le plus fréquemment de jour: je ne l'ai personnellement observée que sur l'île de Lesbos (Grèce), de là où je me restaurais, hululant en plein midi depuis un grenier voisin.
Son habitat de prédilection est constitué de bocages, de vergers en prairies ouvertes contenant si possible et en plus des arbres en têtards. Ceux-ci seront si possible de la variété des saules blancs (Salix alba), ainsi que des pommiers traditionnels. La taille en "têtard" (qui consiste à couper les branches pour ne laisser que le tronc) se pratique malheureusement de moins en moins, tendant à la raréfaction de cette espèce. La présence de haies sauvages sera un bonus pour la capture de ses proies favorites que sont les insectes (coléoptères principalement tel le hanneton), les oligochètes (vers de terre), les micromammifères, les passereaux (petits oiseaux), les batraciens et les reptiles de petite taille, lâche qu'elle est!!! Son comportement chasseur peut être souvent diurne et consiste en une prédation au sol à partir d'affûts tels des piquets de clôture ou des poteaux téléphoniques. Son terrain de chasse doit être constitué de végétation basse afin de rendre plus aisée le repérage et la capture de ses proies.
Elle niche fréquemment dans des trous d'arbres, des cavités rocheuses, des habitations humaines et peut occuper volontiers des nichoirs artificiels ou encore des abris souterrains tels les terriers de lapins. Elle ne construit pas de nid, les oeufs (de trois à cinq) étant déposés à même le substrat. La période de nidification s'étend entre avril et juillet et une seule couvée a lieu comprenant entre trois et cinq oeufs blancs dont l'incubation dure un petit mois et est assurée par la femelle principalement. Une fois éclos, les jeunes quittent le lieu de ponte vers le cinquième jour avant de pouvoir voler, et se déplacent sur les branches ou les perchoirs avoisinants. Leur envol définitif qui signe leur indépendance aura lieu trente cinq jours plus tard.
La chouette chevêche est un oiseau sédentaire, qui ne migre pas, mais dont l'espace vital à tendance à régresser de façon drastique; il est un des rapaces nocturnes très menacé: la disparition des insectes, de ses habitats de prédilection, l'utilisation d'insecticides, la raréfaction des vieux vergers, des bocages, des prairies naturelles et l'augmentation globale du réseau et trafic routier, sans oublier anodinement mais efficacement l'utilisation de vermifuges dans les élevages de bétail (diclorvos, ivermectine, pipérazine etc. détruisant, à cause de leur effet toxique sur la faune coprophage, les scarabées dont elle peut se nourrir) sont des sources potentielles de sa raréfaction, voire de sa disparition. J'oublie encore l'annihilation des habitations délabrées ou abandonnées dont elle se ferait une joie de les coloniser en guise de maternité.
Son chant d'amour, véritable appel à sa compagne, que j'entends depuis chez moi, n'est-il pas le gage d'une certaine survivance potentielle de cette espèce? Et si ce fameux chêne venait à disparaître? Je n'entendrai hélas qu'à peine les cris des corneilles, et cette nature si vivante lors de mon enfance me semblerait résolument triste et déserte. Il n'y a pas si longtemps, à l'époque de nos grands-parents, la nature était encore riche et variée de beaucoup de stimulations de nos sens...Qu'en est-il aujourd'hui?
Chouette d'Athena, quoique tu deviennes, tu me manques déjà énormément, et si tu quittes mon environnement, j'en serai profondément affecté.
Si il est une poésie de la nature que je vous recommande, c'est l'écoute des chants de la nuit et le plaisir que ceux-ci vous procurent.

Écoutez son appel.


Athene noctua, © Matt Wilson

Athene noctua, © Matt Wilson

Athene noctua, © Matt Wilson

Athene noctua, © Matt Wilson


haut de page

écoutez son chant, que vous pouvez retrouver sur noctua.org.

précédentesuivante