accueilbatraciensreptilespages du naturalistela photo du moisalbum photoforumme contacter

Les reptiles de la région genevoise.



Podarcis m. muralis   Lacerta bilineata   Lacerta agilis   Anguis f. fragilis   Natrix n. helvetica   Natrix maura

Hierophis v. viridiflavus   Zamenis longissimus   Coronella a. austriaca   Vipera a. aspis   Emys orbicularis

Le lézard des murailles

nom courant: lézard des murailles.
nom scientifique: Podarcis muralis muralis.
mœurs: diurne, peut vivre en groupe avec la présence de plusieurs mâles dominants.
habitat: commensal à l'homme, vit dans tous les biotopes chauds, secs, ensoleillés, murs, talus, rocailles, jardins, habitations, et ce, même jusqu'en milieu urbain. Dans nos jardins, se fait souvent chasser par les chats ce qui leur vaut d'avoir fréquemment la queue amputée (phénomène d'autotomie, ils possèdent à plusieurs endroits des vertèbres non soudées qui leur permettent de "céder" leur queue sur simple contraction musculaire afin de détourner l'attention du prédateur).
dimorphisme: le mâle est plus grand, plus coloré avec des dessins plus marqués, présence parfois de taches bleuâtres sur les flancs. Femelle plus petite et plus terne.
nourriture: n'importe quel type de petits insectes volants et rampants.
reproduction: les accouplements ont lieu dès le mois d'avril, la femelle creuse un petit terrier et pond jusqu'à une dizaine d'œufs qui éclosent au bout de 2-3 mois. Les petits mesurent environ 5-6cm. Ce lézard peut vivre une dizaine d'année.
particularités: étant donné que c'est le plus commun de nos reptiles et qu'on le trouve PARTOUT (sauf au milieu du lac!), je ne suis pas donné la peine de faire une carte qui aurait été entièrement noire!
répartition: dans toute la région, mais en régression du fait de la disparition des vieux murs.


Podarcis muralis Podarcis muralis podarcis muralis podarcis muralis
Podarcis muralis, mâle Podarcis muralis, couple Podarcis muralis Podarcis muralis

Le lézard vert

nom courant: lézard vert.
nom scientifique: Lacerta bilineata.
mœurs: diurne, territorial, se laisse approcher en douceur mais se montre rapide à la fuite. Mord assez fort lorsqu'il est saisi.
habitat: talus exposés, broussailles, lisières de forêts, carrières.
dimorphisme: les photos du dessous sont particulièrement éloquentes: le mâle, plus fort présente une magnifique coloration bleue de la tête et de la gorge. C'est le plus grands de nos lézards et il peut atteindre 35 cm.
nourriture: arthropodes (criquets, sauterelles), escargot, lombrics, souriceaux.
reproduction: les mâles sortent de l'hibernation en premier, les accouplements ont lieu en avril-mai. La femelle pond entre 6 et 20 oeufs dans un trou qu'elle aura creusé dans un terrain meuble. L'incubation dure 2 mois et les petits éclosent en juillet-août. Longévité d'environ 15-16 ans.
particularités: beaucoup plus abondant dans le sud du canton où il bénéficie de conditions climatiques plus favorables ainsi que des biotopes plus adaptés.
répartition: sud du canton et quelques individus dans le chablais (74)


lacerta bilineata, mâle lacerta bilineata lacerta bilineata, jeune femelle lacerta bilineata, mâle

haut de page

Le lézard agile

nom courant: lézard des souches.
nom scientifique: Lacerta agilis.
mœurs: diurne.
habitat: habite de préférence les milieux ouverts généralement humides, l'orée des bois, les clairières, les talus buissonneux et creuse des trous dans les vieilles souches, d'où son nom. Peut aussi se réfugier dans les galeries de rongeurs.
dimorphisme: voir photos ci-dessous. Le mâle peut-être confondu avec le lézard vert quoique sensiblement plus petit: 20cm.
nourriture: insectivore mais se nourrit à l'occasion d'autres petits invertébrés.
reproduction: début mai, les accouplements commencent; les femelles pondent 2 mois plus tard une douzaine d'œufs qui incuberont entre 1 et 3 mois selon les conditions climatiques. Longévité maximale de 12 ans, la moyenne se situant dans la nature aux alentours de 4-6 ans.
particularités: aurait entièrement disparu du canton depuis quelques années.
répartition: inconnue sur le canton, mais 3 individus observés dans les marais de Chilly (74) en 2005.


lacerta agilis, mâle lacerta agilis

L'orvet

nom courant: orvet.
nom scientifique: Anguis fragilis fragilis.
mœurs: plutôt crépusculaire et nocturne, mais ne dédaigne pas les bains de soleil. Sort volontiers après la pluie.
habitat: fréquente les lieux à tendance humide, les haies, les sous-bois, où il aménage son gîte dans les sols meubles; peut être observé de jour sous des souches, de planches ou des pierres.
dimorphisme: la femelle se distingue du mâle par une large bande foncée et ininterrompue partant de la tête et des côtés du corps pour se terminer à la queue qui peut d'ailleurs en cas de danger, se séparer du corps (la queue, pas la bande!). Atteint une longueur de 35cm, voire plus dans d'autres régions.
nourriture: arthropodes, petits mollusques (limaces...) et lombrics.
reproduction: la période commence en avril, les accouplements ont lieu en mai-juin, et la femelle qui est ovovivipare (les petits naissent dans une membrane et en sortent de suite à l'air libre), met bas de 6-25 petits fin août début septembre. Les petits ont une coloration différente des adultes: le dos est jaune ou argenté, les flancs sont marrons, et il y a une ligne vertébrale très foncée. Pourrait atteindre l'âge exceptionnel de 54 ans; des individus ayant vécu entre 20 et 30 ans sont assez fréquents.
particularités: c'est le seul saurien apode (sans pattes) de nos régions, souvent confondu à tort avec un serpent et tué pour cela.
répartition: se fait rare aussi, mais présent un peu partout où les conditions sont réunies.


Anguis fragilis, mâle Anguis fragilis Anguis fragilis, femelle Anguis fragilis

haut de page

La couleuvre à collier

nom courant: couleuvre à collier.
nom scientifique: Natrix natrix helvetica.
mœurs: diurne, crépusculaire et nocturne suivant la saison.
habitat: endroits ensoleillés à proximité des mares, étangs, cours d'eau lents.
dimorphisme: mâle plus petit, possède 2 hémipénis comme tous les serpents. Peut mesurer jusqu'à 1m50.
nourriture: batraciens, petits poissons. Les proies sont avalées vivantes.
reproduction: les accouplements se font en automne et au printemps; ovipare, la femelle dépose de 12-24 oeufs en juin juillet dans des terrains meubles, des tas de fumier, des déchets végétaux ou des terriers de rongeurs. les petits éclosent en fin d'été et mesurent une douzaine de cm. Longévité d'environ 6-7 ans avec un maximum de 20 ans.
particularités: très commune. Pour plus de détails, consultez la page du naturaliste 3.
répartition: encore une fois présence plus abondante dans le sud du canton, bois de Jussy et chablais (74).


Natrix natrix Natrix natrix Natrix natrix, faisant la morte Natrix natrix

La couleuvre vipérine

nom courant: couleuvre vipérine.
nom scientifique: Natrix maura.
mœurs: diurne ou crépusculaire et aquatique, beaucoup plus que la couleuvre à collier.
habitat: bords des cours d'eau, étangs et rives des lacs. Inféodée à l'eau.
dimorphisme: mâle plus petit, possède des hémipénis. La coloration de la tête avec des dessins en forme de V la fait souvent confondre par les promeneurs non avertis avec la vipère aspic. Peut mesurer jusqu'à 65 cm.
nourriture: petits poissons et batraciens. Les proies sont avalées vivantes.
reproduction: idem à l'espèce précédente avec un temps d'incubation plus court, de 50-90 jours.
particularités: comme toutes les couleuvres du genre Natrix, émet des sécrétions nauséabondes lorsqu'elle est manipulée.
répartition: uniquement observée au Moulin de Vert et dans le vallon de l'Allondon.


Natrix maura Natrix maura

haut de page

La couleuvre verte et jaune

nom courant: couleuvre verte et jaune.
nom scientifique: Hierophis v. viridiflavus.
mœurs: diurne et crépusculaire.
habitat: lieux secs et chauds, pierreux et broussailleux, grimpe avec adresse.
dimorphisme: comme les autres couleuvres.
nourriture: lézards, serpents et batraciens, petits mammifères et oiseaux. Les proies sont avalées vivantes ou préalablement étouffées (constriction)
reproduction: les accouplements ont lieu au début du printemps, la femelle pond de 6-15 oeufs entre fin juin et mi-juillet dans des trous naturels du sol, l'incubation dure entre 45 et 75 jours.
particularités: grande couleuvre (1.50m), très colorée, agressive (mord fortement lorsqu'on la capture), rapide à la fuite. Connue du sud de la Suisse, elle a peu à peu progressé vers nos régions depuis la vallée du Rhône; présente dans le département de l'Ain, elle se serait naturellement étendue dans le sud du canton où le climat de type sub-méditerranéen lui convient à merveille. Des lâchers sauvages d'individus provenant du Tessin se sont mêlés à la population indigène. S'attaque allégrement aux autres serpents comme la vipère aspic.
répartition: sud du canton et contreforts du Jura.


Hierophis viridiflavus Hierophis viridiflavus Hierophis viridiflavus Hierophis viridiflavus

La couleuvre d'esculape

nom courant: couleuvre d'Esculape
nom scientifique: Zamenis longissimus.
mœurs: diurne, crépusculaire à tendance nettement arboricole.
habitat: fourrés, lisières des bois et prairies. La plus citadine de nos couleuvres, se rencontre dans certains quartiers de la ville proches de l'Hôpital, à Champel, vers Conches et Veyrier.
dimorphisme: comme les autres couleuvres; peut mesurer jusqu'à 1m40 et dépasser 2m dans certaines régions.
nourriture: petits rongeurs, lézards, oeufs et oisillons qu'elle tue par constriction.
reproduction: les accouplements ont lieu à l'automne et au début du printemps. La femelle dépose une dizaine d'œufs fin juin début juillet, dans des galeries abandonnées de taupes ou même sous du fumier ou du compost. L'éclosion a lieu entre 50 et 90 jours plus tard. Sa longévité est de 6-7 ans.
particularités: en nette voie de régression.
répartition: très localisée, sud du canton, bords de l'Arve, individus souvent signalés et observés à Presinge


Zamenis longissimus, juvénile Zamenis longissimus Zamenis longissimus Zamenis longissimus

haut de page

La coronelle lisse

nom courant: coronelle lisse.
nom scientifique: Coronella a. austriaca.
mœurs: diurne, voire crépusculaire suivant la saison.
habitat: milieux arides et rocailleux couverts de broussailles, clairières, lisières de forêt.
dimorphisme: peu évident, le mâle est légèrement plus petit que la femelle, 75 cm pour les mâles et 65 cm pour les femelles.
nourriture: se nourrit presque exclusivement de lézards des murailles, à l'occasion de petits rongeurs, ou même des orvets et arthropodes, se nourrit aussi occasionnelement de vipère aspic de taille adaptée.
reproduction: les accouplements ont lieu au début du printemps mais aussi à la fin de l'été; c'est la seule couleuvre de nos régions a être ovovivipare et donne naissance à 4-12 petits mesurant environ 18cm.
particularités: très discrète, souvent confondue avec la vipère aspic.
répartition: très localisée aussi, observée à Veigy-Foncenex.


coronella1.jpg coronella2.jpg coronella3.jpg coronella4.jpg
Coronella a. austriaca Coronella a. austriaca Coronella a. austriaca Coronella a. austriaca

La vipère aspic

nom courant: vipère aspic.
nom scientifique: Vipera a. aspis.
mœurs: diurne ou crépusculaire suivant la saison et la température.
habitat: milieux pas trop secs, clairières bien ajourées, endroits broussailleux, bordures des bois, pierriers, rocailles et éboulis.
dimorphisme: les mâles ont la queue plus courte avec un resserrement anal très marqué, présence d'hémipénis.
nourriture: petits rongeurs, lézards, batraciens et oiseaux.
reproduction: vers la mi-avril, les mâle se déplacent à la recherche d'une femelle. Les accouplements peuvent reprendre de fin septembre à mi-octobre. Une douzaine de jeunes naissent durant l'été, (ovoviviparité) et mesurent entre 15 et 20 cm de long. La longévité de la vipère aspic oscille entre 25 et 30 ans.
particularités: serpent solénoglyphe; la variabilité des réactions à la morsure dépend de la sensibilité de la personne mordue, de la quantité de venin inoculé, de la température ambiante etc. J'en ai fait l'expérience et cela m'a valu une nuit à l'hôpital sous perfusion et contrôle de routine, mais je ne suis pas une référence: d'autres personnes de ma connaissance ont eu plus de symptômes, avec oedèmes importants, mal-être durant plusieurs heures et quelques journées d'hospitalisation. Attention aux personnes sensibles ou allergiques. Voir la page du naturaliste sur l'aspic.
répartition: toujours et aussi en régression, sud du canton et chablais, observée en abondance en 2011 puis en nette régression dans la zône des marais de Chilly.


vipere aspic vipera aspis vipera aspis vipera aspis
Vipera aspis Vipera aspis, couple Vipera aspis Vipera aspis

haut de page

La cistude ou tortue bourbeuse

nom courant: tortue bourbeuse, cistude
nom scientifique: Emys orbicularis.
mœurs: diurne, farouche.
habitat: étangs et cours d'eau tranquilles bien ensoleillés.
dimorphisme: base de la queue plus épaisse chez le mâle.
nourriture: petits poissons, têtards, tritons, gastéropodes, batraciens en difficulté.
reproduction: les accouplements commencent courant mai et se poursuivent entre juin et juillet; les femelles creusent un trou dans  un sol meuble qu'elles recouvrent après avoir pondu  une douzaine d'œufs. L'incubation dure entre 2-3 mois, parfois plus selon les conditions climatiques, voire même jusqu'au printemps suivant. La maturité sexuelle est atteinte vers la 12e année chez les mâles et au bout de 20 ans chez les femelles. La durée de vie peut atteindre 100 ans en captivité.
particularités: ne se reproduit plus que dans le sud du canton. Des introductions sauvages de Chrysemis scripta elegans, ont pour effet d'éliminer progressivement notre tortue locale.
répartition: Moulin de vert et étangs des bois de Jussy.


tortue cistude tortue cistude tortue cistude tortue cistude
Emys orbicularis Moulin de Vert Emys orbicularis Moulin de Vert Emys orbicularis Moulin de Vert Emys orbicularis Moulin de Vert

NB: observons-les sans laisser de traces, soyons discrets dans l'approche; ils se carapatent souvent après notre passage, soyez attentifs au moindre bruit, mouvement et autre signe de la présence d'un reptile. Ils peuvent se voir en belle saison tôt le matin captant la chaleur du soleil, ou en fin de journée. Ils détestent les journées venteuses et ...évidemment,la pluie! Par contre,les temps couverts avec quelques éclaircies ne semblent pas compromettre leurs sorties, les lézards verts et le vipères aspic se verront dans ce cas surtout au printemps.Les serpents sont très sensibles aux vibrations transmises par le sol, les lézards ainsi que les tortues fuient à vue et à l'ouie.

Quelques mots sur l'hibernation de nos reptiles:
Ils hibernent tous à terre, sous des troncs, dans des tunnels de rongeurs, sous des pierres, dans le compost, sous des racines.
Ils "disparaissent" fin octobre pour sortir de leur abri en mars. Quelques apparitions (lézard des murailles, vipère aspic et d'autres) peuvent avoir lieu en janvier ou février selon les conditions météo et l'exposition plein sud en général. La présence de neige ne semble pas les affecter, seule la température compte: bande de frileux, va!

haut de page

informations du KARCH sur la situation actuelle

les anoures de la région genevoise

précédentesuivante